Accueil National Vers une rentrée scolaire houleuse

Les enseignants contractuels en colère

Vers une rentrée scolaire houleuse

2259

Le Conseil des lycées d’Algérie (CLA) a apporté un démenti à l’annonce de l’inspecteur général du ministère de l’Éducation nationale, dans laquelle il avait affirmé que 43% des lauréats du concours de recrutement d’enseignants (écrit et oral) sont des contractuels. Au moment où M. Nedjadi Messeguem a indiqué que 43% des lauréats du concours de recrutement de 28 000 enseignants pour les trois paliers (primaire-moyen-secondaire) sont des contractuels, le porte-parole du CLA a fait savoir que ce taux ne dépasse pas 10 à 15%. «Les enseignants contractuels ne sont pas satisfaits et ne comptent en aucun cas baisser les bras devant cette situation», nous a signifié le porte-parole du CLA, contacté hier au téléphone. Cette situation a alimenté la colère des enseignants contractuels qui promettent, dores et déjà de réinvestir le terrain de la protestation afin d’exiger la satisfaction de leurs revendications. «En effet, les enseignants contractuels promettent de revenir à la charge dès la rentrée scolaire», a indiqué le porte-parole du CLA. Le président du CLA réitère sa revendication concernant la création de 48 000 postes budgétaires pour la rentrée scolaire 2016/2017, afin de répondre aux besoins du secteur en procédant par l’intégration de tous les contractuels et pré-emploi avant l’organisation de tout concours. Les enseignants contractuels et vacataires veulent recourir une nouvelle fois à la protesta afin d’exiger l’intégration de tous les contractuels, la possibilité de bénéficier du congé annuel, comme le stipulent les lois régissant le monde du travail, ainsi que l’amélioration de leur situation pédagogique et sociale». Il convient de rappeler que les enseignants contractuels ont observé plusieurs rassemblements de protestation avant d’entamer une marche depuis la wilaya de Béjaïa et ont organisé un sit-in non stop à Boudouaou depuis plus de deux semaines. À rappeler également que le Premier ministre a fait la promesse que 80% d’entre eux seront pris durant le dernier concours, alors que pour les 20% restants, le Premier ministre a promis de les prendre en charge lors du prochain concours de recrutement des enseignants. Une promesse qui, selon eux, n’a pas été prise en charge.

L.O. Challal