Accueil National Bouderbali exhorte à un changement des mentalités

TIZI-OUZOU La session ordinaire de l’APW a adopté hier le BP-2018

Bouderbali exhorte à un changement des mentalités

2907

L’APW de Tizi-Ouzou a tenu, hier comme prévu, une session ordinaire consacrée au budget primitif, aux rentrées scolaire, universitaire et de la formation professionnelle.

La session a été aussi mise à profit pour donner l’occasion à la commission de suivi des incendies de juillet de lire son rapport. Pour la rentrée scolaire, le point noir fut vite cerné : «Nous avons constaté que plus de la moitié des cantines scolaires n’ont pas fonctionné. Nous demandons à la direction de l’éducation de prendre toutes les mesures nécessaires pour que l’ensemble des restaurants scolaires rouvrent le plus rapidement possible», a-t-on plaidé. Au sujet de la rentrée universitaire, la remarque est tout autre : «Il est nécessaire de finaliser les projets de places pédagogiques et de lits pour garantir à chaque étudiant un lit et une chaise. Il urge de procéder à la réhabilitation des cités et des campus et à l’amélioration des conditions de vie dans l’enceinte universitaire. L’UMMTO forte de plus de 60 000 étudiants et qui reçoit chaque année plus de 10 000 nouveaux inscrits, mérite une attention particulière, il y va de l’avenir de notre wilaya», ajoute-t-on. Pour ce qui est du secteur de la formation professionnelle, le P/APW, dans son discours, dira : «Il faut à notre sens travailler dans le but d’améliorer les capacités d’accueil et surtout mettre tous les moyens nécessaires pour une formation de qualité. La formation professionnelle doit aussi s’adapter à la demande du marché de l’emploi et se conformer aux normes mondiales». Abordant le BP, l’intervenant dira que «concernant le budget primitif, il n’est pas loin de celui de 2017. Toutefois, de nouvelles mesures sont introduites, notamment pour renforcer les équipements et le parc roulant des directions des forêts et de la Protection civile. Les subventions accordées aux APC, mêmes réduites, sont maintenues. Les subventions affectées au mouvement associatif et aux multiples fêtes organisées ça et là à travers la wilaya sont également maintenues. Les associations sportives et les différentes compétitions sportives sont toujours subventionnées».

Lecture puis adoption du budget primitif

Le budget prévisionnel de l’année 2018 est de plus de 194 milliards de centimes, en hausse de deux milliards de centimes par rapport à celui de 2017, qui était de 192 milliards. 176,3 milliards sont affectés à la section fonctionnement et les 18,3 milliards restants sont destinés à la section équipement. À signaler que pour la première fois, le secteur des forêts a été subventionné à hauteur de 4 milliards de centimes pour l’acquisition du matériel d’intervention et de lutte contre les incendies. Un milliard de centimes est affecté à la réalisation d’un comptoir commercial pour les produits du terroir. Le ramassage scolaire est soutenu à hauteur de 8 milliards, et 4,3 milliards de centimes pour la réparation et la réhabilitation des établissements scolaires. Les secteurs de la jeunesse, du sport et de la culture sont subventionnés par une enveloppe de 20 milliards de centimes. Le secteur social est doté d’un montant de 17,6 milliards. La contribution au développement économique est budgétisée par 5 millions de dinars. L’aide aux APC entrant dans le chapitre 979 est pourvu d’une somme de 6,6 milliards de centimes. À souligner que l’ensemble des subventions ont été adoptées à la majorité absolue. L’assemblée a également voté une délibération concernant le recasement des retraités de l’éducation, qui n’ont pas de logement et ce, pour libérer les logements qu’ils occupent dans les établissements scolaires. A signaler que la direction de l’éducation a présenté son rapport ainsi que l’université Mouloud Mammeri, la direction de la formation professionnelle et la direction des équipements publique en plus de la commission ad hoc chargée du suivi de l’opération des indemnisations des victimes des incendies de juillet 2017. Un débat s’en est suivi, les élus n’ont pas manqué de soulever les problèmes de la wilaya. Les directeurs concernés ont, tour à tour, répondu aux préoccupations exprimées. Le wali remet les pendules à l’heure. «Faisons plus dans le développement que dans la politique» Dans une brève intervention, le wali Mohamed Bouderbali est presque revenu sur tout ce qui a été cité en session, en reconnaissant : «Les conditions sont difficiles. Il y a du manque et du retard je le comprends, mais aller jusqu’à dire que rien n’a été fait dans la wilaya est inacceptable. Rappelons-nous qu’il y a seulement quelques années, les villageois, la population et les établissements n’étaient pas chauffés. Les gens grelotaient de froid et parfois plusieurs régions isolées pendant des jours et des semaines. À présent et en l’espace de quelques années seulement, le taux de couverture en gaz est passé à 75% au niveau de la wilaya et s’il n’y avait pas d’entraves et des oppositions, on aurait atteint 90%. C’est colossal et important», soulignera le wali, avant d’ajouter : «Dans le secteur du logement, il y a des problèmes et du manque, mais l’État fait des efforts jusqu’à mettre fin à la crise du logement. Tous les logements achevés seront distribués». Au sujet des indemnisations, le wali informera : «Les engagements de l’État seront assurés et assumés en temps opportun. Quant aux propriétaires, ils doivent assurer leur bien et l’opération de remboursement se fait plus rapidement. La commission et les APC ont fait un travail et il sera honoré. Les incendies sont apolitiques. Les services concernés, l’armée et tous les moyens, ont été mobilisés mais quand on enregistre 48 incendies, ce n’est pas facile à maîtriser. Parfois on est dépassés, car les moyens ne suffisent pas». Le wali abordera le développement, le foncier industriel, les zones industrielles et d’activité et appellera : «Tizi-Ouzou n’est pas victime, elle a eu sa part comme toutes les autres wilayas. Seulement, il faut changer les mentalités par un travail de proximité collectif. Elus, administration et société civile doivent s’entraider pour mieux avancer. Faisons plus dans le développement que dans la politique».

Compte rendu de Hocine Taib.