Accueil National Benghebrit lance son «plan Marshall»

Éducation nationale Lutte contre l’échec scolaire

Benghebrit lance son «plan Marshall»

1508

Le ministère de l’Éducation nationale compte renforcer sa lutte contre l’échec scolaire. «Un plan Marshall» contre le phénomène du redoublement des élèves a été officiellement lancé avant-hier.

L’annoncé, a été faite hier matin, par le conseiller auprès de la ministre de l’Éducation nationale, le Pr Farid Benramdane. Ce plan a été lancé officiellement depuis avant-hier par la formation des enseignants. S’exprimant sur les ondes de la chaîne III de la radio nationale, le Pr Benramdane a affirmé que l’objectif assigné à ce plan est de lutter contre l’échec scolaire. Sur ce dernier point, l’intervenant de la radio algérienne a affirmé que «le taux de redoublement des élèves en première année du cycle moyen (CEM) a atteint 30 %, ce qui veut dire qu’un tiers des élèves chute à l’issue de la première année moyenne». Il a qualifié ce taux de «très élevé». Tout en incombant cette situation à l’échec de la formation, le Pr Farid Benramdane estime qu’«il ne peut y avoir une école de qualité qu’avec des enseignants formés, et de qualité». Il sera ainsi question de «tout revoir à la base», a-t-il préconisé, avant d’ajouter que «le système a fonctionné sur le quantitatif, maintenant que nous voulons travailler sur la qualitatif, on n’est pas outillés. Et pour l’être, il nous faut la formation». Évoquant, par ailleurs, le plan quantitatif, le conseiller auprès de la ministre de tutelle reconnaît que «le système a atteint tout ses objectifs, puisque nous sommes à 98 % de taux de scolarisation des enfants du cycle primaire». Un taux, dira t-il, très proche des standards de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Le Pr Farid Benramdane estime, dans ce sillage, que l’objectif principal d’un système scolaire «est la transmission des valeurs d’une société». C’est pourquoi, selon lui, depuis 2014, il y a eu une entrée en force du patrimoine culturel algérien dans les manuels scolaires : «Pour la première fois, on a introduit des textes d’Ibn Khaldoun, de Si Mohand Oumhand et de Mouloud Mammeri», a-t-il indiqué, précisant que le ministère de l’Éducation nationale est en train de mettre en place «un socle de référence».A signaler, par ailleurs, que l’invité de la radio algérienne a annoncé la sortie, lors du prochain Salon internationale du livre d’Alger, d’«un coffret ressources pédagogiques», qui rassemble des anthologies littéraires scolaires dans les trois langues (tamazight, arabe et français), notamment des textes d’Apulée et de Tertullien.

L O Challal