Accueil National L'Algérie "attachée" au devenir de l'Afrique

PEKIN - Ouyahia au 3ème Forum sur la coopération sino-africaine

L'Algérie "attachée" au devenir de l'Afrique

922

Le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, a exprimé hier à Pékin "l'attachement" de l'Algérie à tout ce qui est en lien avec le devenir du continent africain.

Il estime que cette conviction constitue l’une des motivations de l’Algérie pour la coopération sino-africaine. L’autre motivation forte de l’Algérie envers la coopération sino-africaine « découle de notre attachement à tout ce qui se rapporte au devenir de l’Afrique », a déclaré M. Ouyahia dans une allocution au 3ème Forum sur la coopération sino-africaine. M. Ouyahia, qui représente à ce Sommet le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a souligné, dans ce sens, qu’après avoir « accompli son devoir de solidarité pour la libération quasi-totale de l’Afrique, l’Algérie s’est investie aux côtés des autres pays africains dans le chantier communautaire du développement du continent ». Il a ajouté que « le NEPAD, dont l’Algérie est l’un des initiateurs, a doté l’Afrique d’un cadre d’élaboration d’une démarche intégrée de développement ». M. Ouyahia a souligné que l’Agenda africain 2063 « constitue, quant à lui, une feuille de route opérationnelle pour la réalisation de ce développement continental », notant également que « la récente création de la Zone africaine de Libre échange dynamisera, sans doute, le commerce africain ». Il a souligné que « ce sont là les atouts solides avec lesquels l’Afrique dialogue désormais d’une voix avec les autres régions du monde en matière de partenariat pour le développement », ajoutant que l’Afrique « déterminée à faire aboutir son développement à l’horizon 2063 a besoin du soutien concret des ses partenaires à travers le monde ». Il a fait remarquer dans ce sens que si les engagements ont été nombreux au fil des rencontres internationales consacrées au partenariat pour le développement de l’Afrique, les apports effectifs « demeurent malheureusement fort modestes dans domaine », estimant que cela « ajoute davantage de poids à la contribution chinoise ».