Accueil National Les habitants reviennent à la charge

Les habitants reviennent à la charge

1414

Les habitants de Boukhalfa, grand quartier de la commune d’Amizour se sont réunis à la fin du mois de novembre écoulé avec les membres de l’APC de leur localité pour débattre de l’état des lieux de leur quartier, notamment du projet d’ouverture d’une piste de désenclavement de la région ouest de Boukhalfa qui demeure bloquée depuis 17 ans, à ce jour.

Outre les revendications concernant le revêtement des ruelles de leur quartier, l’assainissement et l’éclairage, les 66 citoyens présents à cette réunion du 25 novembre s’interrogent en fait sur la suite donnée au projet de cette piste qui, au demeurant fait l’objet d’un blocage, qui ne fait qu’irriter davantage les habitants de ce quartier enclavé, ce qui a donné lieu d’ailleurs à un sit-in devant le siège de l’APC avant que ces protestataires ne soient invités par les membres de l’APC à une discussion autour d’une table. A noter que cette affaire d’ouverture de piste qui tarde à connaître son dénouement après que les autorités de wilaya aient pourtant reconnu son caractère d’utilité publique est à l’origine de différentes pétitions de la population dont la dernière comportant 352 signatures date du 22 juillet de l’année en cours. Rappelons en bref la genèse de ce blocage, le projet en question est destiné à l’ouverture d’une piste de désenclavement du côté de l’Ouest de Boukhalfa dont l’itinéraire suit une piste muletière existe depuis le temps colonial. La piste en question devait donc traverser une exploitation agricole (n° 22) dont le propriétaire et en nette opposition. Le bras-de-fer entre exploitant agricole et les habitants dure depuis 17 ans sans que les instances concernées, notamment la wilaya qui a recommandé dans le passé une enquête publique sur le projet ne connaisse de suite. De son côté, le P/APC actuel et pour répondre à la demande des pétitionnaires a, dans une correspondance adressée à la DRAG, en date du 27 novembre dernier, demande par conséquent le “réexamen du dossier en question” et de lui “communiquer les suites qui lui seront réservées”.

Tout en soulignant les différentes actions menées par les habitants de Boukhalfa, le maire a rappelé à cette instance wilayale : “La reconsidération de l’utilité publique du projet de réalisation de cette piste”, sans oublier d’assurer que cette réalisation “n’occasionnera aucun dégât à l’exploitation agricole qu’elle devra traverser”.

La balle donc est dans le camp des responsables de wilaya qui ont été à plusieurs fois interpellés par les autorités locales d’Amizour pour trancher définitivement sur cette question.

Nadir Touati