Accueil National 13 terroristes seraient encore en activité à Mizrana

13 terroristes seraient encore en activité à Mizrana

2385

Selon des sources généralement bien informées, treize terroristes seulement, seraient encore en activité dans les maquis de la forêt de Mizrana. Selon cette même source, ces éléments armés, affiliés au GSPC, auraient pour chef de groupe un certain cheikh Brahim, originaire de la région de Dellys. L’on nous signale aussi que depuis le deuxième semestre de 2004, près de 27 éléments de cette phalange ont été éliminés par les forces de l’ordre, principalement dans des opérations de ratissage et de pilonnage des bastions de ces groupes terroristes. Il est à signaler que depuis 1998, année à laquelle le GSPC a succédé aux GIA dans ces maquis, les groupes armés ont été structurés dans une phalange appelée katibat El Ansar, et dont le nombre est estimé en 2004 à 35 éléments qui ont pour émir, un certain Saâdaoui, lui aussi, originaire de Dellys.Rien qu’en 2004, ces groupes armés ont signé leur présence par une dizaine d’attentats terroristes qui ont coûté la vie à une quinzaine d’éléments des forces de sécurité, principalement les éléments de l’ANP et de la garde communale. Depuis le mois de septembre 2004, et ce, au lendemain, d’une importante opération de ratissage effectuée par l’ANP, la région de Tigzirt a connu une accalmie sensible sur le plan sécuritaire. Depuis l’été dernier, l’activité des groupes terroristes, certainement très affaiblis par les coups qui leur ont été portés par les services de sécurité a été limitée à des apparitions et à des descentes furtives, soit pour s’approvisionner ou collecter des informations. Au début du mois de janvier dernier, un groupe de 7 éléments armés a effectué une descente sur la route communale, menant vers le chef-lieu de Mizrana, à 3 km près de Tigzirt. Dans cette descente, un transporteur a été délesté de son véhicule et un groupe de trois jeunes a été retenu par ces terroristes pendant plusieurs heures, pour être ensuite libéré sain et sauf, même le véhicule a été restitué à son propriétaire. Vers la fin du mois de janvier dernier, un autre groupe terroriste composé de trois éléments armés a fait une descente sur les hauteurs du village Tala Tighraste. A des bergers rencontrés sur les lieux, le groupe a demandé des informations sur les mouvements des corps de sécurité. Il est à signaler que la forêt de Mizrana est l’un des bastions les plus redoutables des groupes terroristes armés. C’est une jungle dense, avec des reliefs accidentés que les terroristes ont constitué comme une base-arrière pour perpétuer leurs attentats au centre du pays. Cette forêt, dont la superficie est estimée à 2 400 ha, s’étend de l’est de Tizi Ouzou jusqu’à Boumerdès.Les deux tiers de cette forêt formés de chênes- lièges et de chênes-zen se situent sur le territoire de la daïra de Tigzirt qui a été sévèrement éprouvé par une décennie sanglante de terrorisme armé.

M. M.