Accueil National 5 000 cas en huit mois

Tizi OUZOU Morsures d’animaux

5 000 cas en huit mois

184

Les morsures d’animaux posent un sérieux problème de santé publique pour les enfants et les adultes, car malgré les efforts matériels et humains fournis par l’Etat en matière de prise en charge, la négligence du risque de transmission de la rage suite à une morsure animale, le non- recours à la vaccination et la difficulté d’éradication de la maladie animale entravent le programme de lutte contre cette maladie. Dans ce sens, chaque année, la wilaya de Tizi Ouzou enregistre au moins 7 000 cas de morsures d’animaux, ce qui dépasse de loin la moyenne nationale de l’ordre de 2 500 cas/an.

Et rien que pour les huit premiers mois de l’année en cours, elle a enregistré 5 000 cas de morsures d’animaux, soit une augmentation de 700 cas par rapport à la même période de l’année 2018. Des chiffres révélés par le Dr Idir Oulamara, biologiste auprès de la Direction de la santé et de la population (DSP) locale. Pour rappel, la rage est une zoonose (maladie animale) qui affecte un large éventail de mammifères domestiques et sauvages (chien, chat…). L’homme est généralement infecté par la morsure d’un animal contaminé qui peut ne pas présenter les symptômes de cette maladie, car le virus est présent dans la salive. Elle peut également se transmettre par les griffures avec pénétration de la peau et saignement ou par léchage sur les plaies ou les muqueuses.

La rage étant mortelle, il faut immédiatement consulter pour recevoir les soins nécessaires afin d’éviter la propagation du virus dans tout le corps. Par ailleurs, il faut savoir que les ménages algériens dans leur majorité possèdent un chat ou un chien. Certains d’entre eux ont même affirmé que leur animal domestique n’a jamais était vacciné. A signaler que les animaux domestiques non-vaccinés peuvent aussi représenter un danger pour la santé de leurs propriétaires. Leur vaccination est alors le seul garant pour toute la famille.

Nadia Rahab