Accueil National “L’Algérie est un pays de transit du trafic de psychotrope”

“L’Algérie est un pays de transit du trafic de psychotrope”

1691

Le bilan des activités de la Police judiciaire de cette année a été présenté, avant-hier, lors d’une conférence de presse animée par le colonel Djamel Zeghida, chef de la division de Police judiciaire, au commandement de la Gendarmerie nationale.

Concernant, la consommation des stupéfiants, les éléments de la gendarmerie ont procédé à l’arrestation de 2 451 personnes, avec une hausse de 6,89% par rapport au 1er semestre 2008. Il faut souligner que plus de 67% de ces gens arrêtés sont âgés de moins de 30 ans, ce qui représente une augmentation de 2,34%, par rapport au 1er semestre 2008, soit

1 156 affaires traitées.

Outre, les drogues rejetées et découvertes sur les plages durant le 1er semestre 2008, les unités de la Gendarmerie nationale ont mené, à travers 9 wilayas du littoral 79 affaires liées à la découverte de plus de 40 tonnes de kif traité rejetées par la mer.

Cette quantité représente 11% de la quantité globale, à travers le territoire national, en comparaison à la quantité découverte à la même période (299,28 kg).

Durant le 1er semestre de l’année en cours, les unités de la Gendarmerie nationale ont procédé à la saisie de 18 726 comprimés, soit une hausse 530 % par arapport à 2008 où 2 974 comprimés ont été saisis.

A rappeler que pour le bilan sur les saisies des drogues et substances psychotropes durant le 1er semestre 2008, le premier responsable de l’Office national de lutte contre la drogue et la toxicomanie (ONLCDT), révèle qu’au total 15 443,615 kg de résine de cannabis, 500 g d’herbe de cannabis ont été saisis par les services de lutte contre la drogue, en plus de la découverte de 9 278 plants de cannabis.

C’est un autre pic que l’Algérie a enregistré. En 2007, les saisies en matière de stupéfiants ont atteint 16 tonnes.

Autre menace plus sournoise sur le développement socioéconomique de notre pays, 85% des consommateurs ne dépassent pas 35 ans, selon les chiffres fournis récemment par le patron de l’Office national de lutte contre la drogue et la toxicomanie. Et il n’y a pas que la drogue.

Le bilan du premier semestre 2008 touche également certains produits hallucinogènes. Il fait ressortir que 54 678 comprimés de substances psychotropes, 280 millilitres, 982 gélules et 57 bouteilles de solution psychotrope de différentes marques ont été saisis durant le premier semestre 2008. C’est dire que le péril est en la demeure, malgré le travail colossal effectué par les différents corps des services de lutte contre la drogue. La Gendarmerie nationale, la Sûreté nationale et les Douanes algériennes ont eu à élucider 3 720 affaires, dont 1 073 liées au trafic et à la commercialisation de la drogue, 897 au trafic de résine de cannabis et d’opium. Parmi ces affaires, il y a lieu de relever que 170 concernent la commercialisation de substances psychotropes, 3 affaires de trafic de cocaïne, 2 affaires de trafic et de commercialisation d’héroïne et 1 affaire de trafic et de commercialisation de crack, un produit qui altère les capacités psychiques et fait de l’être humain un monstre sans discernement capable de violer, tuer et se tuer. Au-delà de son incidence sur la santé, les psychiatres confirment que cette drogue induit la criminalité chez les consommateurs.

Notons que la Gendarmerie nationale œuvre à adapter ses moyens et ses modes d’action, par la globalisation de ses dispositifs de lutte contre les différentes formes de manifestation de ces phénomènes.

Kahina Idjis