Accueil National 80 % du projet réalisé

Béjaïa - Ouverture de 210 km de pistes agricoles

80 % du projet réalisé

170

La première phase du projet d’ouverture d’un linéaire de 210 km de pistes agricoles, dont a bénéficié le secteur de l’agriculture de la wilaya de Béjaïa, au titre du programme 2018, avance à un rythme soutenu. En effet, pas moins de 168 km de pistes agricoles, soit 80 % sur les 210 km prévus, ont été ouverts, a indiqué un responsable de la Direction des services agricoles (DSA). La totalité des cinquante-deux communes de la wilaya de Béjaïa sont concernées par cette opération d’envergure, s’inscrivant dans un vaste programme de désenclavement des régions montagneuses et rurales.

Quant à la deuxième phase de ce projet, à savoir la réalisation des fossés et des ouvrages, le taux d’avancement des travaux ne dépasse pas 20 %, a souligné la même source. Confiés à l’Entreprise régionale du génie rural (ERGR), ces travaux sont censés être achevés d’ici la fin de l’année, a néanmoins rassuré la DSA. D’autre art, il a été souligné que l’un des impacts principaux de cette opération, une fois achevée, «est de permettre une meilleure accessibilité aux terrains agricoles et du coup redynamiser l’activité agricole, notamment dans les zones enclavées et les montagnes».

Une opération inscrite, pour rappel, dans le cadre des Projets de proximité de développement rural intégré (PPDRI) du programme du renouveau rural. Outre cela, l’ouverture de ces pistes agricoles permettra, soutient-on, «le développement de l’agriculture de montagne, en facilitant le raccordement des terrains enclavés en eau et en électricité». Et d’ajouter : «Ces deux facteurs, à savoir l’eau et l’électricité, sont essentiels et indispensables pour développer une véritable agriculture, notamment l’oléiculture, l’apiculture, l’élevage, etc. Par ailleurs, au-delà du développement de l’agriculture de montagne, «c’est l’amélioration des conditions de vie des populations rurales qui est visée par ce projet d’ouverture de pistes», a-t-on indiqué. Et pour cause, ces ouvertures offriront aux agriculteurs «une meilleure rentabilité de leurs propriétés agricoles».

La redynamisation de l’agriculture de montagne encouragera, à coup sûr, les populations des régions montagneuses à y rester pour travailler leurs terres. Dans un autre chapitre, le secteur de l’agriculture à Béjaïa a bénéficié également de la réalisation d’une trentaine de puits au profit de dix-huit communes pour renforcer l’irrigation des terres agricoles. D’autre part, les responsables du secteur de l’agriculture, aux niveaux local et national, ne cessent de multiplier les initiatives pour développer l’agriculture de montagne à Béjaïa, qui est une région au relief majoritairement montagneux.

Dans ce sens, au mois de décembre dernier, un séminaire international sous le thème «Les produits du terroir, outils du développement de l’agriculture de montagne» a été organisé dans la commune de Chemini. Beaucoup d’experts et de chercheurs universitaires, venus de plusieurs pays de la Méditerranée, ont pris part à cet évènement. La promotion d’une agriculture adaptée aux écosystèmes de la région, tout en étant rémunératrice pour les propriétaires des petites parcelles de terre, était l’un des thèmes sur lesquels se sont penchés les intervenants, lors de ce séminaire dédié à l’agriculture de montagne.

Salma B.