Accueil National Le comité de femmes travailleuses dénonce la politique de l’emploi

Déplorant le système de contractualisation

Le comité de femmes travailleuses dénonce la politique de l’emploi

2187

 » Le silence du pouvoir ne cesse de manifester son mépris et son indifférence totale à l’égard des travailleurs en détresse et vivant dans la précarité croissante et dans une grande misère sociale chronique « 

Le comite de femmes travailleuses affiliées au syndicat national autonome des personnels de l’administration publique (Snapap) a réagi vivement contre  » les pratiques du ministre de l’Emploi et de la Sécurité sociale, à l’encontre des travailleurs les plus démunis venus de plusieurs wilayas le 04 juillet dernier, pour protester contre l’injustice du pré-emploi du filet social et de l’emploi et la contractualisation « . « Le comité dénonce la politique de l’emploi qui est un échec et un leurre car ce système de la contractualisation vise à maintenir les travailleurs dans une nouvelle forme d’esclavage « , a-t-on appris auprès du communiqué du Snapap rendu public hier.
 » Le silence du pouvoir ne cesse de manifester son mépris et son indifférence totale à l’égard des travailleurs en détresse et vivant dans la précarité croissante et dans une grande misère sociale chronique « , a souligné le même communiqué. Selon la même source,  » les travailleurs, les jeunes et les femmes en particulier qui représentent 80% des travailleurs précaires sont les plus exposées à toutes les formes de harcèlements et aux atteintes à la dignité humaine « .
Le comité de femmes a déploré en outre, le fait que  » les femmes recrutées dans le cadre du pré-emploi et du filet social subissent des pressions et des intimidations à chaque fin de contrat « .  » Ces pratiques de l’emploi sont paradoxales car des postes clés sont confiés à ces derniers tel que les services de l’intérieur, le secteur de la santé de l’éducation. Aussi ils sont bons et compétents pour le service et mauvais et non compétents pour être permanisés « , a encore ajouté le même communiqué. Sur un autre volet, le comité de femmes a réagi vivement contre  » les pratiques de l’intégration des jeunes par l’ANEM qui accentue l’exploitation et la précarité des jeunes recrutés, tels que les pharmacies, cybercafés, laboratoires médicaux privés qui sert l’intérêt des recruteurs privés au détriment des jeunes qui sont sous payés par l’Etat et aux services du privé qui ne sortent pas un sous de leur poche « .
Le communiqué a fait savoir que  » les pouvoirs publics ont oublié que c’est les jeunes universitaires qui sont dans la précarité et non les recruteurs et employeurs privés qui exploitent les jeunes sans débourser le moindre centime « .
Toutefois, le comité en question appelle à une mobilisation pour dénoncer  » la politique de l’emploi fondée sur le système de la contractualisation « .

L. O. Challal