Accueil A la une Ath Yaâla assiègent la wilaya

Bouira

Ath Yaâla assiègent la wilaya

125

Plusieurs dizaines de citoyens ont tenu un rassemblement, hier matin, devant le siège de la wilaya, pour dénoncer le laxisme des autorités qui, à cause de leur mutisme, risquent de faire éclater un conflit entre des habitants de Haizer et d’El-Esnam.

«C’est un problème qui a été soulevé depuis très longtemps aux autorités. Mais face à leur négligence et au mépris affiché, on est résolus à passer à des actions d’envergure pour nous faire entendre», a déclaré M. Saïd, un citoyen rencontré sur les lieux. Selon lui, à l’époque, les anciens maires d’El-Esnam et de Haizer avaient déjà été confrontés à ce problème, en voulant raccorder le village Slim, situé dans la commune de Haizer, au réseau d’eau potable, à partir des sources se trouvant sur les hauteurs de Mimouna.

«Il faut savoir qu’un budget a été attribué pour ce projet et que l’entrepreneur a entamé les travaux. Cependant, une famille de la localité de Mimouna s’y est opposée car dans ce projet, il n’était pas prévu qu’un raccordement soit réalisé. Même les habitants de Slim ont refusé qu’une conduite soit acheminée au profit de cette famille. Celle-ci s’est finalement opposée au fait que la conduite devant alimenter le village traverse ses terres. Quant à l’entrepreneur, de guerre lasse, il a carrément abandonné le chantier», indique notre interlocuteur.

De ce fait, les villageois de Slim ont décidé de canaliser une autre source dite «Lainsser Hellal», relevant administrativement de la commune d’El-Esnam et appartenant aux villageois de Tiâassassine. Ils arguent le fait qu’ils soient originaires de la même localité et que c’est le dernier découpage administratif qui a fait qu’une partie de leur domaine soit attribuée à Haizer et l’autre à El-Esnam. «Devant cet imbroglio, les autorités, interpellées à maintes reprises, nous ont abandonnés à notre sort. Aujourd’hui, on veut travailler de nouveau nos terres, en réinvestissant les villages qu’on a abandonnés durant la décennie noire. Mais à cause du manque d’eau, aucun projet ne peut se réaliser sur ces terres de haute montagne», déplore M. Saïd.

A noter que ces deux belligérants qui se disputent les sources de haute montagne, seul un oued les sépare. Mais les communes de Haizer et d’El-Esnam se disent incapables de réaliser une conduite au profit des villageois, car le coût du projet dépasse de loin le budget communal. Pour rappel, l’Aârch des Ath Yaâla, regroupant les citoyens d’ElEsnam, de Bechloul et d’El Adjiba, avait organisé, la veille, un meeting populaire sur la place publique d’ElEsnam, en appelant tous les concernés à un sit-in devant le siège de la wilaya. Suite à cela, les sages de la localité ont été reçus, hier matin, par le secrétaire général de la wilaya, qui leur a promis de transmettre leurs doléances au premier responsable de la wilaya de Bouira.

Les protestataires, quant à eux, ont menacé de fermer les vannes du bar r age de Tilesdit, si les autor ités concernées ne prendront pas des mesures urgentes pour régler définitivement ce conflit aux allures tribales.
Hafidh Bessaoud