Accueil National «Comment créer son projet ?»

BOUIRA - Journées d’étude de la chambre du Commerce et de l’Industrie Tikjda

«Comment créer son projet ?»

63

La Chambre du Commerce et de l’Industrie Tikjda (CCIT) a donné, hier, le coup d’envoi des Journées d’étude ‘’Comment créer son projet ?’’, qui s’étaleront jusqu’à demain jeudi. La manifestation se déroule au niveau de la salle de conférences de l’ODEJ. Samir Abdelmalek, directeur de la CCIT, dira : «Notre objectif est d’encourager les jeunes à créer leurs propres entreprises. Nous voulons expliquer aux jeunes qu’ils ne sont pas obligés d’attendre un poste d’emploi chez l’État ou dans une entreprise privée, mais qu’ils peuvent, eux mêmes, être créateurs d’entreprises et même recruter parmi leurs amis.

Nous voulons leur faire comprendre qu’ils peuvent devenir des patrons d’entreprises, sans dépendre d’une tierce personne». Parmi les partenaires de ces Journées, il y a SNC Well Global Services qui a tenu à financer l’événement. «Il est rare de voir des propriétaires d’entreprises florissantes qui veulent aider les chômeurs à accéder au monde du travail. C’est une responsabilité sociale que de vouloir former ces jeunes pour qu’ils entrent de plain-pied dans la vie active», dira encore le directeur de la chambre.

Ce dernier affirme que les opportunités de création d’entreprises et d’investissement ne manquent pas à travers la wilaya de Bouira : «Il suffit juste de leurs montrer comment faire et les orienter pour faire leurs choix. C’est également là notre rôle en tant que chambre de commerce et d’industrie, ainsi que d’autres organismes, qui veulent lutter contre le chômage. Nous axons nos actions sur la formation avant tout et nous avons déjà organisé plusieurs séminaires, dont un pour expliquer comment concrétiser les idées et faire aboutir les projets.

À notre niveau, à la chambre de commerce, nous encourageons les idées de projets réalisables. Il existe certes des difficultés, comme le financement, mais il existe des organismes étatiques et des dispositifs d’aide pouvant contrer cette difficulté. Lorsque l’idée du projet est novatrice, tous les organismes voudront l’accompagner, mais il faut le courage de se lancer pleinement». Parmi les présents à l’événement, de jeunes investisseurs qui ont lancé leurs projets sans disposer de fonds personnels et qui sont actuellement à la tête de grandes entreprises. «Un jeune promoteur dirige actuellement une entreprise de 460 employés. Un autre, qui a ouvert une entreprise spécialisée dans l’informatique et la technologie, a recruté plus de 40 employés.

Un jeune de la région qui vivait Londres est revenu à Bouira pour créer son entreprise qui est actuellement en pleine expansion… et les exemples ne manquent pas», indiquera M. Samir Abdelmalek, lors de son intervention devant l’assistance. À l’intention des jeunes présents dans la salle, le directeur de la chambre de commerce insistera sur la formation : «Un jeune lorsqu’il est formé avec tous les outils et techniques pourra créer et gérer son entreprise convenablement et affronter la vie active tout en créant des postes d’emploi. Beaucoup de jeunes ont des obstacles qui n’existent que dans leurs têtes, ce qui les empêche de se lancer. Les expériences des présents à ces journées sont des exemples réels», leur dira-t-il.

Pour M Brahim Houari, formateur et coach en leadership et project-management, il est impératif de disposer de compétences avérées, en maitrisant les outils, pour créer un projet : «La communication, le planning, le marketing, la productivité, le time-management sont des formations nécessaires et vitales pour la survie d’un projet. Pour cela, on peut comparer les expériences des autres, que ce soit en Algérie ou à l’étranger», expliquera le formateur en mettant en exergue «l’obligation de se concentrer sur les relations publiques avec les fournisseurs, les sociétés digitales ou numériques et tout ce qui gravite autour du projet».

Hafidh Bessaoudi