Accueil A la une Corona flambe la mercuriale

TIZI OUZOU - Appréhensions des consommateurs et spéculation des commerçants

Corona flambe la mercuriale

1228

À travers de nombreux marchés et autres points de vente de la wilaya de Tizi Ouzou, les prix ont subitement flambé durant ces dernières vingt- quatre heures.

En effet, la multiplication des cas de Coronavirus enregistrés à travers le pays particulièrement au niveau de la wilaya a augmenté les appréhensions présageant un éventuel arrêt de l’activité économique, et par conséquent la fermeture des commerces, comme c’est le cas présentement en France.

Depuis hier, aux Ouadhias, à titre d’exemple, les prix sont passés hors de portée, contrairement à avant-hier. En effet, la pomme de terre, qui s’écoulait entre 30 et 40 DA le kilo, a grimpé subitement à 80 DA. Les carottes et les navets, cédés il y a seulement deux jours à 60 DA, ont vite fait d’atteindre, respectivement, les 160 et 120 DA. Les prix de la courgette et des haricots verts ont, eux aussi, augmenté. Ils sont, respectivement, à 140 et 250 DA. Quant à la tomate, elle est vendue à 140 DA et la laitue à 100 DA, le kilo.

Les petits pois et les artichauts sont affichés, respectivement, à 140 et 80 DA. Pour leur part, les choux-fleurs, les choux verts et les aubergines sont écoulés, respectivement, à 80, 60 et 100 DA le kilo. S’agissant des fruits, c’est également le même constat. Les oranges sont passées à 160 DA, les pommes à partir de 300 DA et les dattes à partir de 600 DA le kilo. Seules les bananes restent relativement abordables avec une légère hausse de 20 DA, soit 220 DA, au lieu de 200 DA le kilo.

A signaler que contrairement aux fruits et légumes, le prix du poulet est à la baisse, puisqu’il est proposé à 180 DA le kilo, voire moins dans certaines localités. «La fièvre acheteuse a précédé la fièvre du coronavirus. Les gens achètent tout et en grandes quantités pour constituer des réserves, au cas où la pandémie du coronavirus nécessiterait l’isolement. Chose qui crée inévitablement la hausse des prix chez les commerçants qui, dans certains cas, profitent de l’occasion pour faire plus de bénéfices», a expliqué un commerçant des Ouadhias.
H. T.