Accueil National Démission du vice-P/APC

APC de Chabet El-Ameur - Crise et luttes partisanes entre élus

Démission du vice-P/APC

248

L’élu FFS de l’APC de Chabet El-Ameur, à l’Est de Boumerdès, Djamel Meftah, a démissionné de son poste de vice-président de l’assemblée.

La raison ? «Des luttes partisanes qui minent l’exécutif de cette municipalité depuis novembre 2017 et un maire qui gère en solo». L’élu, qui a rallié l’équipe dirigeante de l’APC en décembre 2018, après avoir formé une coalition, après les démissions successives des élus issus de la même formation que le maire, soit le PT, a décidé de démissionner pour «dénoncer les agissements du l’actuel maire, Nordine Mzala», qui selon lui, «agit seul» depuis son élection à la tête de l’APC. Sa lettre de démission a été acceptée par le P/APC.

Djamel Meftah a promis de «mettre toute la lumière sur la mauvaise gestion» du P/APC qui, accuse-t-il, «agit unilatéralement dans une assemblée composée de 19 élus». Le maire aurait, dit-il, «écarté tout le monde» et agirait «selon un agenda servant ses propres intérêts et ceux d’un autre vice-président à sa solde». Dans un document signé par 14 élus, ces derniers appellent à une assemblée extraordinaire, «afin de discuter des problèmes dans lesquels vivote cette commune depuis plusieurs années».

Ce sont «le blocage des projets d’équipements publics et la dégradation des services, ainsi que des conditions de vie des citoyens» qui auraient contraint ces élus à interpeler le maire, «sourd jusque-là», selon certains, pour tenter de «désamorcer la crise qui secoue l’APC et mettre la commune sur les rails du développement longtemps bloqué». L’un des élus contestataires nous informe que «le mal qui ronge l’APC est profond» et que «des élus sont impliqués dans des affaires de malversations». Selon lui, la justice aurait convoqué certains de ces élus indélicats dans le cadre d’enquêtes judiciaires.

Ces élus seraient impliqués dans l’octroi de marchés publics d’une manière douteuse, alors que d’autres seraient impliqués dans des affaires de détournement de foncier. Un élu du RND accuse lui l’actuel staff communal de vouloir détourner les biens publics «en votant un budget supplémentaire qui ne reflète pas la réalité». Selon lui, l’APC vit un manque énorme en matière de transport scolaire et au moment où le staff communal est appelé à trouver la solution, «il lève à 300 millions la dotation du gasoil au lieu de chercher des transporteurs privés avec lesquels de contrats pouvaient être conclus pour atténuer la souffrance des élèves des régions rurales».

Il y a trois mois de cela, une élue, présidente de la commission sociale, avait remis sa démission, avant de la retirer peu de temps après, «en raison de mauvaise gestion de ce dossier où un trou a été découvert». Selon Mohamed Chabla, la prime de 6 000 DA du mois de ramadhan a été «mal répartie» et plusieurs nécessiteux n’en ont pas bénéficié. Selon notre interlocuteur, «plusieurs fonctionnaires de la mairie en ont bénéficié». Un élu sur la liste PT, Negaz Ahmed, «avait été poussé à la démission car il dérangeait le staff communal actuel», dénonce-t-on encore.

Z Youcef