Accueil National Des habitants de la crête bloquent la RN24

Béjaïa

Des habitants de la crête bloquent la RN24

134

Après s’être à maintes reprises plaints du mauvais état dans lequel se trouve leur quartier depuis au moins une année, et la dernière plainte suivie de promesses toujours non tenues en date de juin dernier, des habitants du quartier des 24 Chemins des crêtes à Aamriou, encadrés par leur association de quartier, ont décidé hier de passer à la vitesse supérieure en bloquant carrément les deux routes qui entourent leur quartier, c’est à dire la RN 24, privant ainsi les vacanciers des plages de la côte ouest et la route de Sidi-Ahmed obligeant les habitants de cette cité à faire un long détour par Sidi-Ouali s’ils veulent descendre en ville.

Parmi les problèmes qui empoisonnent la vie dans leur quartier, les protestataires citent l’état indescriptible des ruelles de leur quartier qui sont pratiquement toutes encore en terre battue puisque la rue principale qui a été décapée pour être revêtue d’un tapis de bitume a été finalement abandonnée et tout le quartier nagent dans des tonnes de poussière.

Le deuxième problème signalé est en rapport avec les chutes récurrentes de l’électricité, selon un habitant, la tension est si faible que l’eau ne refroidit même pas dans le réfrigérateur. Des habitants s’indignent également du fait que les eaux usées coulent à ciel ouvert et empestent tout le quartier suite à la dégradation de certaines canalisations.

Selon les protestataires, ces problèmes existent depuis au moins une année. De nombreuses plaintes ont été déposées auprès des services concernés de l’APC. Mais ces derniers, soulignent les habitants, se contentent de faire des promesses qu’ils ne tiennent pas par la suite.

Il y a dix à jours, indique un habitant protestataire, un responsable de l’APC a promis que l’entreprise qui était chargée de refaire le revêtement n’avait pas abandonné le chantier, elle arrêté ses travaux parce qu’il fallait d’abord réparer les canalisations des eaux usées et il nous avait assuré que pour cela une entreprise a été retenue et qu’elle commencerait son travail dès que les formalités administratives auront été remplies.

Et l’entreprise de revêtement reprendra ses travaux juste après ceux des canalisations des eaux usées. Or près de quinze jours après cette promesse, rien n’est venu apaiser les inquiétudes des habitants qui sont déjà assez échaudés des fausses promesses.
B Mouhoub.