Accueil National Des parents d’élèves protestent

Aïn El Hadjar

Des parents d’élèves protestent

47

Les protestations s’enchaînent dans la commune d’Aïn-Hdjar, située à une dizaine de kilomètres à l’ouest de la wilaya de Bouira. Après les résidents de l’ancien camp de regroupement «Aït Amar Ben Amer» qui ont bloqué durant la journée de dimanche dernier la RN18 pour réclamer leur relogement, hier, c’était au tour des parents d’élèves, exclus de la liste des bénéficiaires de la prime de scolarité, de protester devant le siège de la mairie. Ces derniers, une vingtaine, se sont rassemblés tôt la matinée afin de protester contre leur exclusion.

D’ailleurs, ils ont assuré avoir été surpris par cette décision mais aussi par le fait que les autorités communales n’aient fourni aucune justification réglementaire à cela. Les protestataires ont aussi avancé que leur situation familiale mais aussi sociale leur donne accès à cette prime, étant donné que la majorité d’entre eux sont sans emploi : «Beaucoup de parents d’élèves chômeurs ont été exclus de la liste des bénéficiaires de la prime de scolarité, cette année, sans la moindre justification réglementaire. Nous avons essayé de rencontrer le maire, la semaine dernière, afin de nous expliquer les raisons de cette démarche, en vain.

Il refuse toujours de nos recevoir, malgré notre instance. Face à cette situation, nous n’avons pas eu d’autre choix que de protester et de saisir les autorités de la wilaya ainsi que la Direction de l’Action sociale par écrit, afin qu’elles interviennent et réparent cette injustice», a expliqué, hier, l’un des protestataires. Ce dernier ajoute que son nom figure sur la liste des bénéficiaires de cette prime depuis 6 années. «Je n’ai pas d’emploi stable et je suis père de trois enfants. Cette aide est précieuse pour moi et pour mes enfants, qui vont acheter leurs affaires avec cette prime. J’espère que les autorités communales vont se ressaisir, car nos cas sont bien connus», a-t-il ajouté.

A noter que vers 9h, ces parents d’élèves se sont déplacés vers le siège de la daïra d’Aïn-Bessem, afin d’exposer leur préoccupation à son premier responsable. Ils avaient aussi prévu de se déplacer vers la wilaya de Bouira, afin de saisir le wali concernant ce qu’ils qualifient «d’injustice». «Toutes nos tentatives de contacter le maire d’Aïn-Hdjar et d’avoir sa version des faits sont restées vaines. Ce dernier n’était d’ailleurs pas dans son bureau durant la matinée d’hier.

Oussama Khitouche