Accueil National Deux impressionnants incendies à Saharidj et Ahnif

M’Chedallah

Deux impressionnants incendies à Saharidj et Ahnif

107

Les citoyens de la daïra de M’Chedallah, ont vécu un week-end infernal à cause de deux impressionnants incendies qui ont pris toute la vallée du Sahel en sandwich.

En effet, le premier incendie s’est déclaré dans la journée du jeudi sur les hauteurs de la commune de Saharidj. Les éléments de la protection civile, ceux des forestiers et la colonne mobile dépêchés sur les lieux ont lutté toute la nuit contre les flammes sans arriver à maîtriser l’incendie. Ce dernier a repris de plus belle durant la journée du vendredi et n’a été maîtrisé que durant la soirée.

Le second incendie a été enregistré vendredi, à Ighzer Oumenchar dans la commune d’Ahnif du côté sud de la daïra. Un autre incendie dévastateur, qui a plongé toute la région dans un insupportable et étouffant climat torride. En effet, et au niveau de toutes les communes, les rues et places publiques étaient désertées. Les citoyens se sont cloîtrés chez eux jusqu’à la tombée de la nuit. Des coupures récurrentes du courant électrique et des chutes de tension étaient aussi signalées dans plusieurs communes, et plus particulièrement à Aghbalou et Ath-Mansour.

Par ailleurs et suite à ces deux incendies, des centaines d’hectares de forêts vierges et de terrains agricoles, ont été léchés par les flammes poussées par des vents dominants qui soufflaient en permanence. De passage au pavillon des urgences de l’hôpital de M’chedallah samedi dernier, plusieurs dizaines de malades chroniques et de personnes âgées qui font des pics de tension à cause de ce climat infernal, ont été hospitalisés.

Aussi des citoyens nous ont fait part, d’oiseaux migrateurs et d’animaux découverts morts dans les centres urbains ou dans les campagnes. Notons enfin que la région de la daïra de M’Chedallah est la plus touchée par ces incendies depuis la mi-juillet avec plus de 30 départs de feu enregistrés à travers la circonscription. Malheureusement, il ne reste pas grand-chose de son légendaire tissu végétal.
Oulaid Soualah