Accueil National Grève et marche des fonctionnaires

Bouira

Grève et marche des fonctionnaires

53

À l’appel de la coordination des syndicats du secteur de l’éducation, plusieurs centaines d’enseignants et de fonctionnaires de l’éducation ont battu le pavé hier à travers plusieurs rues de la ville de Bouira. La marche s’est ébranlée à partir du siège de la direction de l’éducation de la wilaya, jusqu’au siège de la wilaya, en passant par plusieurs établissements scolaires de la ville, notamment du Technicum Oumrane, du lycée Seddik Ben Yahia et du lycée Mira.

Des fonctionnaires de la SDC, de l’OPGI, de l’hôpital de Bouira et de la wilaya se sont également joints à cette manifestation, au cours de laquelle les marcheurs ont scandé des slogans hostiles au pouvoir politique en place et ont réclamé un changement radical et démocratique. Les enseignants marcheurs, qui étaient encadrés par des syndicalistes du CNAPESTE et de l’UNPEF, ont aussi rejeté le «prolongement du quatrième mandat du président de la République», en affirmant que les mesures de l’annulation de l’élection présidentielle sont «anticonstitutionnelles».

Les protestataires ont, par ailleurs, appelé à la structuration du mouvement de protestation né depuis le 22 février dernier, afin de garantir l’installation d’une assemblée constituante souveraine qui sera, selon eux, chargée de gérer la période de transition démocratique souhaitée. Pour les syndicalistes organisateurs de cette marche, le pouvoir politique en place doit répondre rapidement aux aspirations démocratiques du peuple algérien : «Nous sommes déterminés à poursuivre de mouvement pacifiste jusqu’à l’aboutissement de nos revendications.

Le système politique doit céder et doit reconnaître le principe de l’alternance au pouvoir. Nous devons faire confiance dans nos compétences, nos principes et notre jeunesse… Ce que les Algériens réclament aujourd’hui n’est rien d’autre que le respect des valeurs fondateurs de la République algérienne, qui sont l’appel du 1er Novembre et la plate-forme de la Soummam», a expliqué, hier, l’un des manifestants.

Après un rassemblement observé au niveau de la grande place de la maison de la culture de Bouira, les manifestants se sont dispersés dans le calme. Il est utile de préciser, enfin, que l’écrasante majorité des établissements scolaires de la wilaya ont été paralysés, hier, par une grève initiée par la coordination des syndicats du secteur. Selon les premières estimations, la grève a été suivie à hauteur de 95%.

Oussama Khitouche