Accueil A la une La contestation de Bouchareb se fait jour

FLN - Appel à l'élection d'un nouveau SG

La contestation de Bouchareb se fait jour

425

Des membres du Comité central (CC) du parti du Front de libération nationale (FLN) ont observé, mardi, un sit-in devant le siège du parti à Hydra, pour réclamer la tenue, dans les plus brefs délais,d’une session extraordinaire du CC pour l’élection du Secrétaire général du parti. Des membres du Comité central qui comptaient tenir leur réunion au siège du parti ont précisé que le poste de Secrétaire général était vacant depuis plus de six mois et que l’application des lois du parti s’imposait.

Dans une déclaration à l’APS, M. Lakhdar Mahious a insisté sur l’impératif d’appliquer « les statuts du parti et le règlement intérieur, particulièrement l’article 36 des statuts qui prévoit les mesures à prendre en cas de vacance du poste de Secrétaire général ». L’article 36 des statuts du parti stipule que dans le cas de vacance du poste de Secrétaire général, le membre le plus âgé du bureau politique dirige le parti en attendant la réunion du Comité central qui doit intervenir « obligatoirement » dans les 30 jours qui suivent l’état de vacance pour élire un nouveau Secrétaire général.

De son côté, M. Hocine Khaldoune, porte-parole officiel du parti a précisé que les membres protestataires « ont introduit une action devant le Conseil d’Etat concernant le poste de Secrétaire général du parti ». « Nous sommes dans l’expectative de sa décision qui doit être appliquée par tout un chacun », a-t-il ajouté. « Les portes du dialogue sont ouvertes devant tous ceux qui contribuent à la construction du parti qui traverse une conjoncture difficile », a-t-il souligné, indiquant que « plusieurs membres du Comité central ont répondu à l’appel de la tenue d’un congrès unificateur et toutes les parties se préparent pour faire réussir ce rendez-vous important pour le parti ».

Pour rappel, depuis la destitution d’Ould Abbès, la gestion des destinées du parti est confiée a été une direction collégiale, à sa tête Moad Bouchareb, comme coordinateur de l’instance. Visiblement, la contestation autour de ce dernier se fait désormais jour.