Accueil National La grève des travailleurs du groupe ONE se poursuit

TIZI-OUZOU - Pénétrante autoroutière Tizi-Ouzou - Béjaïa

La grève des travailleurs du groupe ONE se poursuit

155

La grève des travailleurs exerçant dans les chantiers de réalisation de la pénétrante vers l’autoroute Est-Ouest, du PK 0 (Tizi-Ouzou) jusqu’au PK 45 dans la wilaya de Bouira, se poursuit. En effet, cela fait maintenant cinq jours que tous les travaux sont à l’arrêt. C’est dire que c’est un autre retard qu’accuse ce projet dont les délais contractuels ont expiré en mai 2017 puis prolongés jusqu’à mars 2020, une date limite que le ministre des Travaux publics et du transport avait annoncée déjà en 2018.

Ces travailleurs du groupe algéro-turc ONE (Ozgun, Nurol Engoa) réclament, entre autres, un préavis de trois mois avant de décider de licencier un travailleur, le droit de trois mois de salaires pour chaque année travaillée au sein du groupe pour tout licenciement, des primes de risques, l’amélioration de la restauration pour les travailleurs et le relèvement du salaire de base. Depuis l’entame de cette grève, les représentants sont en pourparlers avec les responsables du groupe.

On croit savoir que les discussions avancent mais parfois certaines revendications peinent à trouver des solutions. «Nous ne lâcherons rien parce que nous savons que nous sommes sur la bonne voie et que nos droits sont bafoués par le groupe. Il faut dire que nous sommes sous payés par rapport aux étrangers qui travaillent sur ce chantier. Nous ne reprendrons pas le travail si nos revendications ne sont pas entièrement satisfaites.

En tous cas, nos représentants sont en position de force et nous estimons qu’aujourd’hui il est plus que jamais temps de maintenir la pression», affirme un gréviste. Il est à rappeler que de nombreux travailleurs ont été licenciés par le groupe. N’était-ce la solidarité agissante des travailleurs, ces pères de famille ne reprendraient pas leur travail. «Nous restons solidaires pour que nos droits ne soient pas confisqués», conclura le même interlocuteur.

Hier encore, tous les engins et les machines étaient cloués à terre en attendant le dénouement heureux de cette grève. Ce projet structurant, faut-il le souligner, demeure l’unique pour le désenclavement de la wilaya d’une part, et d’autre part, le seul moyen de permettre le décollage et le développement économique de toute la région avec le lancement de zones d’activités et le rapprochement de la wilaya de la capitale.

Amar Ouramdane