Accueil A la une La Kabylie honore sa légende Loucif Hamani

TIZI OUZOU - Après-midi de galas et d’hommage à la salle omnisports du 1er Novembre

La Kabylie honore sa légende Loucif Hamani

13883

Loucif Hamani, voilà un nom qui reste étroitement lié aux icônes des années 1970 – 1980 qui ont beaucoup contribué à propulser la Kabylie sur la scène nationale, continentale et même mondiale. On était encore à l’ère du cliché noir et blanc, du transistor, du pantalon à pattes d’éléphant, des cheveux longs, du service national et de la moustache à 18 ans et du mariage presque obligé dès 20 ans… La JSK, Idir, Azem, Aït Menguellet, Matoub, Aït Ahmed, le Printemps berbère… étaient aussi dans le tas de ces figures, de ces légendes et de ces mythes qui ont permis à la Kabylie d’exister, de s’affirmer à l’ombre d’un ordre pas souvent perméable, encore moins conciliable, dans le temps. Loucif, c’était un peu particulier de par la discipline qu’il pratiquait : la boxe.

Il incarnait au sens propre et figuré le combat, la révolte de cette minorité. Sous le regard du monde, ses succès portaient bien cette identité kabyle avec cette petite dame tatouée sur le front et le menton, souvent autour du ring, toujours vêtue de sa robe en soie aux couleurs des montagnes du Djurdjura et prompte à célébrer les exploits de son fiston par ces youyous stridents tout aussi propres à ces monts. Bon gré, mal gré, il finira d’ailleurs par s’imposer ambassadeur mondial de l’Algérie rayonnante. Une belle consécration pour ce lutin au nez cassé, parti de cette bourgade isolée d’Igoufaf où il verra le monde, dans la commune d’Aït Yahia, en mai 1950.

À 26 ans, il a été déjà sacré champion d’Afrique des super welters ABU. Sur les 27 combats qu’il aura livrés dans sa carrière professionnelle, il en gagnera 24, dont 13 par K-O contre trois ratages. Il était définitivement rentré dans l’histoire de la boxe mondiale avec ce face-à-face qu’il a osé face à un certain Marvin Hagler, en février 1980. Peu importe l’issue du combat, il fallait oser un tel challenge : défier l’immense taureau américain. Hamani, le minuscule lutin paysan, l’a fait. La Kabylie est propulsée loin et haut ! Dans les montagnes, ça donne de la joie, de la fierté, ça galvanise et ça inspire les artistes…

Difficile en effet de circonscrire la réussite de Hamani dans un cercle strictement sportif. Sur son parcours, l’Afrique lui a décerné le Gant d’or du continent en 2005. La Kabylie, elle, n’a sans doute pas encore cessé de lui dire sa reconnaissance. Et c’est dans ce sillage qu’un autre hommage lui sera rendu aujourd’hui, en début d’après-midi, à la salle omnisports de Tizi Ouzou. On annonce du beau et du grand monde. Les crèmes de la boxe et de la Kabylie seront là pour lui. Sa famille aussi. Un grand moment à savourer…

Nadia L.

Le programme

Ouverture avec Idebalen
(troupe folklorique de Kabylie) (5 minutes)

Présentation de Loucif Hamani (5 minutes)

Un combat de boxe cadet (6 minutes)
Remise de prix (5 minutes)

Deux combats de boxe junior (6 minutes)
Remise de prix (5 minutes)

Un combat de boxe filles (6 minutes)
Remise de prix (5 minutes)

Un combat de boxe senior (6 minutes)
Remise de prix (5 minutes)

Déclamation d’un poème dédié à Hamani (8 minutes)

Dj et animation (15 minutes)

Clôture avec les grands honneurs
à la légende Hamani (30 minutes)
L’événement est à l’initiative du club sportif amateur
Tizi-Boxe et de la boîte Saoudi Prod, en collaboration
avec la DJS et la mairie de Tizi Ouzou.