Accueil A la une La paralysie en direction d’Alger

BOUIRA - Un dimanche angoissant sur les routes

La paralysie en direction d’Alger

843

Les usagers de la route ont été largement pénalisés hier matin, notamment les automobilistes voulant se rendre à Alger.

En effet, aussi bien la RN05 que le tronçon autoroutier entre Ahnif et Lakhdaria ont connu des perturbations avec des bouchons atteignant parfois plus de 6 kilomètres. Les véhicules ont été contraints d’arrêter leurs moteurs et leurs occupants de descendre pour chercher un peu d’ombre aux abords des routes pour éviter la chaleur. Une chaleur qui atteignait les 39 degrés aux alentours de 10 heures du matin et qui s’élevait crescendo pour atteindre le pic de 43 degrés prévus par l’office national de la météorologie à la mi-journée.

Des milliers de citoyens n’ont, de ce fait, pas pu se rendre à la capitale sans toutefois connaître l’origine de ces bouchons. Pour certains il s’agissait d’un accident de circulation, pour d’autres, c’est la marche et le sit-in des retraités et radiés de l’ANP programmée à Alger qui était à l’origine de ce renforcement du dispositif sécuritaire sur les axes routiers. Il est vrai que dans la descente de Djebahia, un véhicule utilitaire de marque Citroën Berlingot avait dérapé et s’était retrouvé sur le toit. Fort heureusement ses occupants s’en sont sortis indemnes. Mais cet accident ne justifiait pas le dispositif sécuritaire très remarquable aux abords de la ville de Bouira avec des policiers en faction devant les principales entrées du chef-lieu de wilaya mais également sur l’autoroute avec la multiplication des barrages de la gendarmerie.

«Nous devions être à l’aéroport Houari Boumediene pour prendre le vol de Paris à 11h, nous sommes actuellement coincés sur l’autoroute à la sortie de Lakhdaria, mes enfants en bas-âge souffrent avec cette chaleur et nos bouteilles d’eau que nous avions avec nous ont été rapidement consommées…On ne sait pas quoi faire, on ne peut ni continuer sur Alger ni faire demi-tour», se désole Tarik, un père de famille.

Sur les réseaux sociaux, les sites spécialisés dans la circulation routière faisaient état d’un arrêt total du trafic vers Alger en recensant les bouchons au niveau de Bordj Bou Arreridj, Bouira, Lakhdaria, Khemis El Khechna, Tadmaït, Si Mustapha, Boudouaou, Reghaia, Rouiba, Les Bananiers… Plusieurs malades et leurs accompagnateurs qui devaient se présenter pour des examens médicaux au niveau de structures sanitaires algéroises n’ont pas pu s’y rendre et leurs rendez-vous qu’ils attendaient pour certains depuis plusieurs mois devront être renouvelés.

Les photos des embouteillages géants ont été rapidement diffusées sur les réseaux sociaux pour prévenir les automobilistes mais hélas pour la plupart d’entre eux, ils étaient déjà coincés et n’avaient aucune possibilité de faire demi-tour ou d’annuler leurs trajets.
Hafidh Bessaoudi