Accueil A la une La section El-Kseur et Amizour livrée fin mars

BEJAÏA - Pénétrante vers Ahnif

La section El-Kseur et Amizour livrée fin mars

1290

Lancés en avril 2013, les travaux de réalisation de la liaison autoroutière Béjaïa – Ahnif avancent bien. Les responsables locaux du secteur des travaux publics indiquent que le taux d’avancement des travaux sur la section de la pénétrante, allant d’El-Kseur à Amizour, ont atteint 80%. Cette section, promet-on, sera livrée à la circulation fin mars prochain. Néanmoins, l’entreprise chinoise en charge du creusement des tunnels de Sidi Aïch fait toujours face à quelques difficultés liées à la nature du sol.

«Le chantier avance laborieusement ; il reste 200 mètres à creuser», a-t-on précisé. Des responsables de l’Agence nationale des autoroutes (ANA) ont fait savoir dernièrement que le taux d’avancement des travaux de réalisation des tunnels de Sidi Aïch a atteint 70%. «Il faut encore une année pour achever les travaux et réceptionner ce tunnel», estime un cadre de l’entreprise réalisatrice. Sur la section allant du PK32 au PK48 (village agricole-Seddouk/Takrietz), le taux d’avancement des travaux de réalisation du lot «Route» est appréciable.

En ce qui concerne les ouvrages d’art, le taux d’avancement des travaux de réalisation du viaduc d’Akhnak (Seddouk) dépasse les 90%. Le viaduc d’Akhnak est un ouvrage d’art d’une portée de plus de 900 mètres de longueur et 40 mètres de hauteur. Selon les responsables locaux du secteur des travaux publics, le projet sera livré dans sa totalité fin 2020. D’une importance capitale, cette liaison autoroutière est conçue pour désengorger le port de Béjaïa, considéré le 2e plus important en Algérie.

Bénéficieront aussi des bienfaits de cette pénétrante les entreprises économiques du tissu industriel de la vallée de la Soummam, notamment les zones d’activités d’El-Kseur et d’Akbou, du fait que la RN26, qui traverse plusieurs villes, ne peut réponde au besoin pressant de développement économique de la région si l’on juge par les encombrements récurrents qui se forment au niveau des grands centres urbains, comme Sidi Aïch, Ouzellaguen ou Akbou. Des bouchons qui font perdre du temps aux transporteurs, outre les risques d’accidents qu’ils encourent pour l’étroitesse d’une chaussée à double sens et mal entretenue.

La pénétrante formera deux droites parallèles avec l’oued Soummam qu’elle longera sur toute la longueur, comme elle desservira 5 villes, à savoir Tazmalt, Akbou, Sidi Aïch, El-Kseur et Béjaïa. Elle reliera, sur une longueur de 100 kilomètre avec deux voies en double sens, la ville de Béjaïa à l’autoroute Est-Ouest, dont le branchement est à Ahnif, dans la wilaya de Bouira. Le projet comporte une centaine d’ouvrages, dont les plus importants sont le tunnel de Sidi Aïch et le viaduc d’Akhnak.

F. A. B.