Accueil National L’APC peine à trouver une solution

OUED GHIR - Gestion des déchets ménagers

L’APC peine à trouver une solution

75

Le service d’hygiène et de nettoiement de la commune d’Oued Ghir n’a pas encore repris ses activités de collecte des ordures ménagères à travers les villages de la municipalité, suspendues, rappelons-le, au début de ce mois de juillet.

Et pour cause, la décharge communale d’Oued Ghir, fermée récemment sous ordre des autorités de wilaya, n’a pas encore été rouverte. Les habitants de Tayma et des localités avoisinantes refusent sa réouverture, car ils souffrent cruellement des fumées asphyxiantes et des odeurs nauséabondes qui se dégagent de cette décharge à cause de l’incinération des déchets ménagers qui y sont déversés.

Devant le refus catégorique d’une autre partie de la population de remettre en exploitation le CET de Sidi Boudrahem, arguant sa non-conformité aux normes requises, l’APC d’Oued Ghir se retrouve face à une situation inextricable. Si aucune solution n’est trouvée dans de brefs délais, c’est toute la commune qui deviendra une décharge à ciel ouvert. Déjà, les rues de la municipalité sont encombrées de déchets ménagers.

Des décharges sauvages commencent à se multiplier aux quatre coins de la région, offrant à la vue un décor des plus désolants et de surcroit en pleine saison de grande chaleur. Pourtant, des solutions provisoires pour éviter le pourrissement de la situation existent, selon des citoyens de la commune.

«L’APC d’Oued Ghir peut demander l’autorisation de déverser provisoirement les ordures ménagères collectées dans la commune, au niveau des décharges d’El Kseur et de Boulimat, puisqu’elles sont opérationnelles», a-t-on proposé. Par ailleurs, ce problème de collecte et de gestion des déchets ménagers est commun à plusieurs municipalités de la wilaya.
B. S.