Accueil A la une Le bras de fer s’éternise

BOUIRA - Troisième mois de grève à l’OPOW

Le bras de fer s’éternise

159

La grève enclenchée par les travailleurs, cadres et fonctionnaires, de l’Office du parc omnisports de la wilaya de Bouira en est à son 3e mois.

En effet, ces derniers ne décolèrent pas et sont déterminés à maintenir leur action jusqu’au départ du directeur de l’OPOW, M. Fouad Dabba.

Le bras de fer, qui a commencé en novembre dernier, a eu des répercutions négatives sur le fonctionnement des différentes infrastructures qui y sont attachées (piscines et salles de sport).

Rencontrés sur place, les grévistes refusent de travailler avec une personne qui les méprise, selon leur propos. Malgré les multiples actions de protestation, appuyées par des rencontres avec le SG de la wilaya, le wali de Bouira, le nouveau MJS Bernaoui et son SG, la situation n’a pas changée d’un iota.

Les protestataires, qui n’ont pas perçu leur deux dernières paies, regrettent cette fuite en avant et le silence du wali de Bouira, le premier responsable de la wilaya, estimant que ce dernier aurait dû envoyer une commission d’enquête sur les lieux, comme l’avait fait le MJS, pour voir de visu et vérifier leur requête. Il faut dire que ce conflit peine à trouver son épilogue et cacherait des zones d’ombre.

Le wali et le MJS se renvoient la balle. Une fuite de responsabilité décriée par les grévistes : «Le wali nous demande d’aller voir avec le responsable du secteur, à savoir le MJS, et que le dossier dépasse ses prérogatives et vice-versa. Le MJS nous renvoie aux autorités de la wilaya. En attendant, tous les services rattachés à l’OPOW sont bloqués, notamment les piscines, sachant que la wilaya de Bouira en compte une dizaine qui sont, lors de chaque période estivale, mises au service des citoyens moyennant un prix symbolique, notamment les jeunes, pour leur éviter d’aller se baigner dans les retenues collinaires et les barrages avec tous les risques qu’ils encourent», affirme l’un des grévistes rencontré sur les lieux.

Pour terminer, les grévistes réitèrent leur appel en direction du MJS et du wali de Bouira pour intervenir afin de mettre un terme à cette situation. Pour rappel, lors de la désignation de Larbi Abdelaoui à la tête de la DJS de Bouira, en remplacement de Djamel Djender, ce nouveau responsable avait aussitôt rencontré les travailleurs grévistes et avait même désigné M. Smaili Ali, qui occupe la fonction de chef d’unité au niveau de la piscine de Kadiria, pour remplacer le directeur de l’OPOW, mais sans pouvoir procéder à son installation officielle.

Un dossier farfelu qui renferme des zones d’ombre et des non-dits, qui traduisent parfaitement la situation qui prévaut au sein du secteur des sports dans la wilaya de Bouira et son malaise. Par conséquent, les travailleurs grévistes de l’OPOW de Bouira ont réitéré leur solidarité et leur soutien à Bachir Ben Slikh, un cadre syndicaliste du secteur, qui ne cessait de défendre les intérêts des travailleurs. Marginalisé, il est aujourd’hui suspendu de son poste.
M’hena A.