Accueil A la une Le FFS annonce la suspension de son maire

APC DE DRAA EL MIZAN - Dissension au sein de l’exécutif

Le FFS annonce la suspension de son maire

948

La section communale du FFS de Draâ El Mizan a rendu publique une déclaration dans laquelle est annoncée la suspension temporaire du maire, Abdelghani Issolah, du parti.

On y lit : «Suite au rapport établi par la section du FFS de Draâ El Mizan, où de graves dérives et dépassements dans la gestion des affaires de la collectivité et un non-respect des instructions et valeurs du parti sont signalés, le premier secrétaire national, M. Hakim Belahcel, et après concertation avec le coordinateur de la CAF de Tizi Ouzou, le camarade Arezki Boudjemaâ, fait savoir aux militants, sympathisants et citoyens de la commune que le P/APC, Abdelghani Issolah, est suspendu du parti jusqu’à sa comparution devant les instances disciplinaires habilitées».

Dans ce document, signé par le premier secrétaire de la section du FFS, M. Hacène Khaloui, il est indiqué par ailleurs qu’«à partir de la rédaction de cette notification, le P/APC n’est plus mandaté à agir au sein et au nom du parti jusqu’à l’examen de son cas, conformément aux textes du parti». Pour en savoir plus sur cette décision, nous avons pris attache avec M. Abdelghani Issolah.

Le maire sanctionné rejette la sentence et accuse le secrétaire «fantoche» de la section «illégitime»

Celui-ci a catégoriquement démenti et rejeté sa suspension : «C’est une décision prise individuellement par le secrétaire fantoche de la section illégitime créée par cinq personnes. Je rejette cette décision, car le parti n’est pas encore structuré. Ce secrétaire de section n’a fait qu’utiliser le cachet qu’il a confectionné pour rédiger une telle déclaration qui n’a aucun sens.

D’ailleurs, je demanderai aux instances du parti de réagir par rapport à cet acte isolé», a-t-il déclaré. Il est à noter que l’APC en question traverse des moments difficiles eu égard aux dissensions apparues au sein de l’exécutif communal et même au sein de toute l’Assemblée.
Amar Ouramdane