Accueil National «Le secteur souffre de sérieux manques»

ALI MAHMOUDI, directeur général des forêts

«Le secteur souffre de sérieux manques»

43

Pas moins de 40 wilayas ont de nouveau été placées sous la vigilante
surveillance des services forestiers et de la Protection civile, en raison de la menace persistante d’incendies de forêt.

C’est ce qu’a affirmé, hier, le directeur général des Forêts, Ali Mahmoudi, lors de son passage sur les ondes de la chaîne III de la radio nationale. «Les services forestiers souffrent actuellement d’un sérieux manque d’effectifs», a indiqué l’invité de la radio nationale, qui attribue ce déficit à «la saignée» provoquée par les nombreux départs à la retraite qui n’ont pas encore été remplacés, indique-t-il.

Pour parer à cette situation «délicate», M. Mahmoudi appelle les pouvoirs publics à «lever rapidement le gel sur les 1 220 postes promis en 2015», tout comme il réclame un renforcement des effectifs de lutte par l’apport de 3 070 saisonniers pouvant, dit-il, être rapidement être recrutés parmi les populations résidant à proximité ou à l’intérieur des superficies forestières.

Le directeur des Forêts rappelle à ce propos que, durant les 20 dernières années, les flammes ont, chaque saison, provoqué une destruction moyenne de 32 000 hectares de zones boisées, réduisant d’autant les efforts de reboisement entrepris par son administration.

Afin de prévenir la survenue de potentiels sinistres, l’administration des forêts a, comme chaque année durant l’été, réactivé 414 postes de vigie appuyés par 486 brigades mobiles d’intervention, dont une bonne partie du matériel roulant, datant de 2005, demanderait toutefois à être renouvelé, et 2 838 points d’eau, qui sont recensés et disponibles, pour l’éventuel approvisionnement.

Il indique que l’ensemble de ce dispositif anti-incendie est encadré par près de 3 300 agents dont il juge le nombre insuffisant mais qui pourrait en cas d’alerte être rapidement appuyés par des éléments de la Protection civile. Couvrant actuellement une superficie totale de 4,5 millions d’hectares, le patrimoine forestier national a été la proie, en 2017, de plusieurs incendies qui se sont soldés par la perte de quelque 57 000 hectares.

Il tient, par ailleurs, à prévenir contre les atteintes dont la forêt algérienne est l’objet de la part de nombre d’auto-constructeurs qui y érigent des propriétés, multipliant ainsi les risques de d’incendies.
L. O. CH.