Accueil National L’élection d’un nouveau maire reportée

L’élection d’un nouveau maire reportée

123

La réunion, que devait présider, hier, le DRAG de la wilaya de Béjaïa, à la mairie d’Oued Ghir, pour élire un nouveau maire, a été finalement reportée. C’était sur décision du wali, faute d’un consensus entre les quinze élus qui forment cette APC, a-t-on appris, hier, de Bestani Khaled, élu FLN. «Le wali a accepté de nous accorder un peu plus de temps pour nous concerter entre élus et nous mettre d’accord sur le candidat idéal pouvant occuper le poste de P/APC. Jusqu’à lundi soir, c’est-à-dire à la veille de la rencontre convoquée par le wali pour élire un nouveau maire de notre commune, suite à la démission de l’ancien P/APC et de son exécutif, nous n’avons pas trouvé de consensus.

On ne voulait pas maintenir cette réunion sans qu’il n’y ait un minimum d’entente entre nous, au risque qu’elle tourne au scandale», a expliqué notre interlocuteur, joint au téléphone. Pour rappel, le 22 octobre dernier, le P/APC d’Oued Ghir, ses quatre vice-présidents, deux présidents de commissions permanentes et quatre délégués municipaux, soit un total de onze élus, ont démissionné de leurs postes respectifs lors d’une session ordinaire.

Les élus démissionnaires avaient justifié leur décision par «l’absence de concertation entre les autorités de tutelle (wilaya et daïra) et les élus», ainsi que par «la non mise à disposition de la commune d’un autre endroit pour le dépôt de ses ordures ménagères, après la fermeture de l’ancienne décharge communale située à Tayma, près du site Ighzer Ouzarif, où une nouvelle ville est en voie de construction». La délibération de l’APC d’Oued Ghir, qui comporte la démission de ces onze élus, a été transmise à la daïra de Béjaïa pour approbation.

La réponse de l’administration a été notifiée le 20 novembre dernier à l’APC d’Oued Ghir. « (…) J’ai l’honneur de vous informer que la délibération (comportant la démission de l’exécutif du maire, de ses quatre vice-présidents, deux présidents de commissions et les délégués des quatre antennes administratives) entre en vigueur par la force de la loi conformément à l’article 56 de la loi n°10-11 du 22/06/2011, relative à la commune, qui stipule clairement que les délibérations de l’assemblée populaire communale sont exécutoires de plein droit vingt-et-un (21) jours après leur dépôt à la wilaya», a-t-on lu dans le courrier signé par le chef de daïra de Béjaïa et transmis à l’APC d’Oued Ghir.

Sur les quinze élus de l’APC d’Oued Ghir, quatre seulement- car ils n’étaient pas dans l’ancien exécutif- peuvent postuler au poste de maire. Il s’agit de Zahir Cheikh (FFS), Bestani Khaled (FLN), Hamou Kasri (FFS) et Boualem Ayad (indépendant). Si l’APC d’Oued Ghir n’arrive pas à élire un nouveau maire, l’administration procédera à l’installation d’un administrateur pour gérer les affaires courantes de cette municipalité. «Si l’on considère l’intérêt de notre commune avant tout, l’idéal, à mon avis, est que nous arrivions à se mettre d’accord pour élire un maire entre les quatre candidats potentiels. C’est la meilleure option. Sinon, la gestion de notre commune sera confiée à un administrateur», préconise Bestani Khaled.

B. S.