Accueil National Les candidats reviennent à la charge

BOUIRA - Concours de recrutement des enseignants

Les candidats reviennent à la charge

51

Plusieurs dizaines de candidats au concours de recrutement des enseignants retenus dans les listes d’attente sont revenus, hier, à la charge. Ils ont organisé un nouveau rassemblement de protestation au niveau de la direction de l’éducation de la wilaya de Bouira. Ces protestataires qui ont passé le concours de recrutement au mois de septembre dernier et retenus dans les listes d’attente réclament l’affichage des listes en question ainsi que les listes des postes vacants recensés continuellement par les services de la direction de l’éducation.

Ils ont aussi appelé à plus de «transparence» dans la gestion de ces listes et surtout dans la procédure de convocation de ces enseignants pour occuper les postes vacants : «Nous savons très bien que des candidats sont convoqués régulièrement pour occuper des postes qui s’annoncent vacants dans tout le palier de l’éducation, mais ce que nous voulons comprendre c’est les critères adoptés par la direction de l’éducation dans cette procédure.

Nous ignorons même l’ordre et le classement de tout un chacun, c’est pour cela que nous réclamons que les listes des candidats retenus soient rendues publiques», a expliqué une candidate rencontrée hier devant la direction de l’éducation de la wilaya. Notre interlocutrice assure qu’elle attend sa convocation pour être embauchée depuis 2017 : «J’ai passé le concours pour le recrutement dans le poste d’enseignante de langue arabe depuis 2017 et j’attends toujours malgré que j’ai été retenue dans une première liste d’attente. Beaucoup de candidats des concours de 2018 et de 2019 ont été convoqués pour occuper des postes vacants, mais pas moi.

J’ai demandé des explications auprès du service du personnel de la DE, mais personne ne m’a fourni des explications logiques», continue notre interlocutrice qui réclame l’intervention du ministre de l’Éducation nationale afin de «réguler davantage» cette opération. Par ailleurs, les protestataires ont aussi revendiqué le gel des concours de recrutement des enseignants et d’autres postes au niveau du secteur de l’éducation, jusqu’au placement de l’ensemble des candidats dans les postes vacants : «Nous nous demandons comment est-ce possible de tenir chaque année des concours de recrutement et de garder au même temps des candidats dans des listes d’attente ? Les services concernés doivent au mois suspendre ces concours, en attendant l’épuisement des listes d’attente qui datent pour certaines de 2017», s’est interrogé un autre protestataire.

Oussama K