Accueil National Les parents d’élèves retiennent leurs enfants à la maison

Tizi-Gheniff - école Mohamed Ibari d’Ighil Boughmari

Les parents d’élèves retiennent leurs enfants à la maison

74

Hier matin, les parents d’élèves de l’école Mohamed Ibari d’Ighil Boughmari ont décidé de ne pas envoyer leurs enfants à l’école. Ils craignent l’écroulement de la cantine scolaire sur leurs enfants. «Nous avions déjà observé une journée de protestation en septembre dernier.

Cette cantine présentait un risque depuis l’an dernier lorsqu’il a été décelé une fragilité au niveau de certains de ses piliers. Après le rapport du CTC qui avait prévu sa démolition ou son confortement, les 350 élèves mangent dans leurs classes alors que les repas sont préparés dans la cuisine de cette cantine.

Un danger pour le personnel et aussi pour l’enseignante qui habite un logement au premier étage», déclarera un parent d’élève. Suite à une réunion tenue par les parents qui ont évalué la dangerosité de cette structure, ils ont alors pris la décision de décréter une grève illimitée et un rassemblement devant l’APC.

«Nous avons attendu tout un trimestre, mais, nous ne voyons pas l’entreprise retenue venir entamer les travaux. Nous avons même contacté l’entrepreneur. Celui-ci a répondu qu’aucun ODS lui a été remis pour lancer le confortement», expliquera un autre parent. Ils étaient nombreux à observer le rassemblement pour s’enquérir de la suite à donner à ce problème.

«En tout cas, si rien n’est décidé, nos enfants resteront à la maison le temps qu’il faudra», poursuivra un autre intervenant. Le maire et ses adjoints ont reçu une délégation de parents. Selon le P/APC, Djamel Mahmoud, il y a eu un terrain d’entente avec les parents de mettre fin à cette décision qui pénalisera les élèves. «Nous avons écouté nos interlocuteurs. Nous leur avons appris que l’argent est prêt et qu’il ne reste qu’à budgétiser ce projet.

Ce sera un confortement car la bâtisse peut être récupérée. Par ailleurs, l’entreprise commencera déjà à mettre en place les pieds droits. Quant aux gros travaux, ils seront entamés durant les vacances de printemps», expliquera-t-il. On croit savoir que les élèves vont reprendre les cours en attendant la mise en œuvre de toutes les décisions prises afin d’améliorer les conditions de scolarisation dans cette école fréquentée par tous les élèves de plusieurs villages environnants, Badis, les Bendou et Ighil Boughmari.

Amar Ouramdane