Accueil National «Les partis doivent changer de vision»

KARIM TABBOU, avant-hier à Draâ Ben Khedda

«Les partis doivent changer de vision»

170

En meeting, avant-hier au stade municipal de Draâ Ben Khedda, Karim Tabbou, chef du parti non agréé UDS, n’a pas dérogé à son style de discours, pour énumérer les maux et situer les causes et les responsabilités.

Devant une forte assistance, Karim Tabbou s’est longuement attardé sur les raisons ayant donné naissance au mouvement populaire du 22 février.

«Le hirak n’est pas tombé du ciel. C’est à cause de l’exaspération du peuple qu’il est né. Le hirak dure et durera encore jusqu’au départ de tous les tenants du pouvoir», a-t-il déclaré. Il donne quelques causes du marasme que vit le pays et cite des personnes qu’il croit être à son origine.

Puis, Tabbou évoque le secteur des sports qui est, selon lui, gangréné par une «machine de corruption qui ne diffère pas des autres secteurs». Et de marteler dans un style frisant l’ironie : «Le sport est devenu aujourd’hui un secteur de corruption où tout se joue à huit clos. Les institutions du sport sont des lieux de malversations de tout ordre. Ils sont arrivés à dresser une équipe contre une autre, une région contre une autre, d’autres moyens pour diviser les Algériens. Ils ont inventé des marchés où se vendent des penaltys, des coup-francs, des victoires, des défaites, des cartons rouges, des cartons jaunes, des Championnats…».

L’orateur a également pointé du doigt les animateurs politiques, tout en appelant au changement de stratégie et de vision. «Ils doivent changer leur vision des choses. Vous avez tous constaté que durant les campagnes électorales, ils tiennent un langage et une fois élus, ils tournent la feuille pour un autre discours», regrette-il comme pour haranguer la foule qui l’écoute attentivement. Et de poursuivre : «Nous avons besoin de partis politiques puissants, qui représentent le peuple et qui respectent la parole qu’ils lui ont donnée.»
M A Tadjer