Accueil National Les souscripteurs aux 100 LPA protestent de nouveau

Bouira - Ils ont tenu hier un rassemblement devant le siège de la wilaya

Les souscripteurs aux 100 LPA protestent de nouveau

80

Le programme de réalisation de 100 logements promotionnels aidés (LPA), au niveau de la wilaya de Bouira, est en souffrance. Lancés au début de 2017 et confiés pour leur gestion à l’Agence foncière, la majorité des projets inscrits n’ont toujours pas été livrés. A cet effet, les souscripteurs ne cessent de dénoncer les retards mis dans la réalisation de leurs logements et dans certains cas, l’arrêt des travaux. Hier encore, plusieurs dizaines d’entre eux ont tenu un sit-in de protestation devant le siège de la wilaya, après en avoir tenu un, jeudi dernier, devant le siège de l’Agence foncière de Bouira. A travers cette nouvelle action, ils réclament l’intervention rapide du wali pour relancer les travaux à l’arrêt depuis plus d’une année. Ces souscripteurs ont également affirmé que la direction de l’Agence foncière ne leur a apporté ni réponse ni justification, ce qui les a poussés à tenir un sit-in devant le siège de la wilaya.

«Nous sommes venus aujourd’hui (hier, NDLR) afin de saisir le premier magistrat de la wilaya pour l’informer de la situation du projet. En ce qui concerne les responsables de l’Agence foncière, qui sont censés suivre ce projet et veiller au respect de ses délais et normes de réalisation, ils ne se soucient guère de nos nombreux appels de détresse. C’est pour cela que nous réclamons l’intervention rapide des responsables de la wilaya pour situer les responsabilités de chaque partie dans cette situation !», a déclaré l’un des protestataires, qui a précisé que la totalité des souscripteurs se sont acquittés de la première tranche du crédit au logement, estimée à plus de 80 millions de centimes. Mais ils attendent toujours la relance des travaux : «Le délai de réalisation de 48 mois est déjà dépassé, alors que le taux d’avancement des travaux n’a pas dépassé 40%.

Les responsables de l’Agence foncière n’arrivent même pas à nous expliquer les raisons de l’arrêt des travaux, alors que nous continuons à souffrir de la crise du logement et de la cherté des loyers. Cette situation doit changer rapidement et nous n’avons d’autre espoir que l’intervention du premier magistrat de la wilaya». Il est utile de mentionner qu’une délégation des protestataires a été reçue par le chef de cabinet du wali.
Oussama Khitouche