Accueil National Les travailleurs renouent avec la protestation

FORMATION PROFESSIONNELLE - Appel à un rassemblement lundi prochain à Alger

Les travailleurs renouent avec la protestation

52

Le Syndicat national des travailleurs de la formation professionnelle (SNTFP) a décidé de recourir encore une fois à la protestation, en appelant à l’organisation d’un rassemblement national, le 9 décembre prochain, devant le ministère de tutelle. Les travailleurs de la formation professionnelle reviennent ainsi à la charge et ont décidé de réinvestir la rue pour se faire entendre et faire aboutir leurs revendications.

Le SNTFP a pris cette décision, après la non-prise en charge des doléances soulevées au ministère de tutelle, le 1er juillet passé. «Suite à la non-satisfaction de nos revendications socioprofessionnelles, notamment en ce qui concerne la dégradation du pouvoir d’achat, il a été décidé d’organiser un rassemblement national, le 9 décembre prochain, devant le siège du ministère de la Formation et de l’Enseignement professionnels», lit-on dans le communiqué rendu public, hier, par ladite organisation syndicale.

Cette dernière a dénoncé «la non-mise en place d’un comité de dialogue et de concertation, afin de débattre les problèmes socioprofessionnels du secteur», a ajouté le même document. A rappeler que les travailleurs du secteur de la formation professionnelle avaient organisé plusieurs actions de protestation pour pousser la tutelle à répondre favorablement à leurs doléances. En outre, plusieurs revendications ont été mises en avant par cette entité syndicale.

Il s’agit, entre autres, de la «nécessité de former les travailleurs afin de les préparer pour les concours de promotion, l’intégration des contractuels, l’augmentation du salaire national minimum garanti à 50 000 DA et la révision du régime indemnitaire de tous les travailleurs». Le Syndicat national des travailleurs de la formation professionnelle appelle également à «la révision du statut particulier, l’intégration des ouvriers professionnels et les corps communs, la nécessité de prévoir des postes budgétaires annuellement pour l’ensemble des fonctionnaires remplissant les conditions statutaires pour l’accès au grade supérieur et la révision de la nomenclature des maladies chroniques, contractées par les enseignants du secteur».

Samira Saïdj