Accueil National Marche nocturne contre le système

Bouira

Marche nocturne contre le système

54

Avant-hier soir, plusieurs dizaines de citoyens de la ville de Bouira et de sa proche banlieue se sont rassemblés sur la place publique de la ville, pour exiger la libération des détenus d’opinion et dire non à l’élection présidentielle programmée pour le 12 décembre prochain. «Pour un État civil, non à la dictature», ont scandé les manifestants qui ont longuement repris les chants du hirak. Drapés de l’emblème national et amazigh, les jeunes arboraient des pancartes et des écriteaux à travers lesquels ils réitèrent leur refus de l’agenda électoral : «Non aux élections !», «Oulach lvot oulach !», «Libérez les détenus d’opinion Bouregaâ, Tabbou, Benlarbi», «Le peuple veut son indépendance», «Ça y est, c’est bon, le peuple seul Président !», «FLN, RND, dégagez !», «Bensalah, Bedoui dégagez»…

La diffusion sur les réseaux sociaux de ce sit-in a rapidement contribué à faire descendre dans la rue les riverains qui ont renforcé les rangs des manifestants. Ces derniers, après avoir scandé les slogans demandant le départ du système et ses symboles, ont improvisé une marche nocturne au centre-ville de Bouira. En sillonnant les artères de la ville, plusieurs dizaines d’autres citoyens se sont joints aux marcheurs, en exigeant l’application de l’article 7 de la Constitution ainsi que l’instauration d’une période de transition démocratique.

Tout au long de l’itinéraire qui les a menés de la place des Martyrs de la vieille ville à l’esplanade de la maison de la culture, les manifestants ont crié : «La Tebboune, la Benflis, echaâb houa Raîs» (Ni Tebboune, ni Benflis, c’est le peuple le Président), avant de se disperser dans le calme.

Hafidh B.