Accueil National Plus de 30 000 candidats concernés

ÉDUCATION + Le concours de promotion des professeurs samedi

Plus de 30 000 candidats concernés

19

La ministre de l’Éducation nationale, Nouria Benghabrit, a fait état, hier, de plus de 30 000 candidats concernés par l’examen professionnel de promotion aux grades de professeur principal et de professeur formateur. «Le nombre des candidats pour la deuxième session de l’examen professionnel, prévu pour le 16 mars, est de 30 103 pour 9 023 postes de professeurs principaux et professeurs formateurs dans les trois paliers de l’éducation», a fait savoir la ministre sur sa page Facebook.

Mme Benghabrit a indiqué que les candidats seront répartis sur 168 centres d’examen. À rappeler que la même responsable avait réaffirmé l’attachement de son secteur «depuis 2014, à la mise à jour et à l’amélioration de tous les textes régissant les examens et concours», soulignant l’impératif d’«assurer l’égalité des chances et la crédibilité des examens professionnels, en tenant compte du critère de mérite, au regard des missions assignées aux professeurs principal et formateur».

De son côté, le secrétaire général du ministère de l’Éducation nationale, Nedjadi Messeguem, avait souligné, la semaine passée, que l’Office national des examens et concours (ONEC) «a les compétences professionnelles avérées qui lui permettent de gérer correctement les examens et les concours professionnels». Selon lui, les sujets que l’Onec a mis à la disposition des candidats concernent «la didactique de la discipline», ajoutant que les lauréats sont pris en charge dans un plan national de formation sur des missions spécifiques.

«A chaque fin de formation, nous évaluons la qualité de la formation et nous mettons un dispositif sur le terrain pour voir son impact. Actuellement, il y a un plan stratégique national où tout fonctionnaire bénéficie de la formation», assure le SG de l’Éducation. Ce dernier avait fait état, également, de la mise en place en faveur des enseignants d’un dispositif permanant de suivi par des inspecteurs «formés en permanence».

Samira Saïdj