Accueil National Près de 150 hectares de couvert végétal détruits

BOUMERDES - Six incendies en une seule journée

Près de 150 hectares de couvert végétal détruits

106

La faune et la flore sont désormais menacées dans plusieurs régions de Boumerdès. Et pour cause. Les feux de forêt continuent de ravager des centaines d’hectares de couvert végétal.

En effet, depuis le début du mois de juillet, plusieurs incendies se sont déclarés et ont ravagé près de 150 hectares de végétation et de bois. Pour la journée de dimanche dernier, les services forestiers ont enregistré 06 incendies dans les communes d’Afir, Dellys, Cap-Djenet, Chabet El Ameur, les Issers, Si Mustapha et Tidjelabine. Le patrimoine forestier est durement touché dans ces régions. Dans certains incendies, les interventions sont tardives et les accès difficiles, en raison des reliefs abrupts des zones affectées par les feux. C’est le cas de la forêt de Sahel Boubrak, ravagée par des incendies dévastateurs, dimanche dernier, provoquant une chaleur insupportable.

Heureusement que Boubrak est une localité balnéaire, ce qui a permis à la population locale de fuir vers la plage pour se protéger de la chaleur. Au début du mois de juillet, la Protection civile avait recensé près de 130 hectares de couvert végétal parti en fumée. Les feux sont en augmentation constante, ce qui a augmenté la canicule qui frôle 46° C. Des forêts, des oliveraies, des broussailles, des maquis et des champs de cultures, notamment à Ammal, ont été brûlées.

A Chabet El Ameur, de nombreux chênes-lièges sont partis en fumée, particulièrement dans les monts de Sidi Youcef surplombant Aït Brahim. A Tidjelabine, les monts surplombant les maquis avoisinants et limitrophes d’Aït Amrane ont connu des incendies à plusieurs endroits difficiles à maîtriser, en raison de la difficulté d’accès à ces zones. Les interventions des brigades mobiles des services des forêts et des éléments de la Protection civile ont limité les dégâts et évité la propagation des flammes aux zones habitables.

Par ailleurs, il est difficile de connaître les causes de ces incendies à cette période où la canicule augmente faisant qu’une simple étincelle peut provoquer l’irréparable. Heureusement qu’il n’y a pas eu de pertes humaines. Ces incendies, aidant à l’augmentation des températures, ont augmenté le nombre d’estivants et de baigneurs dans la région. La Protection civile parle déjà de près de 3 millions d’estivants sur les plages de l’ex-Rocher noir.
Youcef Z.