Accueil National Relance du projet de 10 000 places

Tizi-Ouzou - Sur le chantier du pôle universitaire de Tamda

Relance du projet de 10 000 places

197

Le wali Abdelhakim Chater était hier en visite de travail et d’inspection au pôle universitaire de Tamda.

Ce pôle universitaire est composé de 25 000 places pédagogiques, 22 000 places d’hébergement, une bibliothèque centrale, une administration et des restaurants. Sur les 25 000 places, 15 000 sont achevées en comptabilisant les derniers blocs de 2 700 places achevé à 100%. Il sera mis à la disposition de l’université d’ici un mois au plus tard, d’après les explications données au wali.

Pour ce qui est des autres 10 000 places, elles sont toujours à l’arrêt, «à cause de la défaillance d’entreprise. Le contrat a été résilié et un cahier de charge est en préparation», a-t-on encore affirmé. Pour le nouveau cahier de charge, le wali a instruit pour réduire les délais. Le taux global d’avancement du projet est à 28%.

Celui-ci est réparti en cinq unités, dont 3 sont à plus de 60%. Chaque bloc offre entre 2 000 et 3 000 places. Pour les unités à plus de 60% de réalisation, le wali a instruit de fixer un délai de six mois pour l’achèvement des travaux. Pour ceux qui sont à 28% ou moins, il a fixé le délai d’une année. «On a résilié le contrat et on est en train de préparer un nouveau cahier de charge. J’ai donné instruction de répartir le projet sur 5 unités pour faire vite. On a fixé le délai d’une année pour que les travaux soient achevés.

n va les réceptionner d’ici la rentrée prochaine pour mettre l’université à l’aise», assure-t-il. Pour la bibliothèque centrale, le taux d’achèvement est à 90%. Elle sera réceptionnée d’ici la fin de ce mois de janvier. L’auditorium, également en voie d’achèvement, sera prêt d’ici un mois, assure le wali Abdelhakim Chater.

Pour ce qui est des équipements d’hébergement, la cité universitaire offre 1 500 lits. La réalisation du bâtiment est achevée et il reste l’équipement qui dépend des œuvres universitaires, soulignera le wali. S’agissant de la cité 1 000 lits, elle est à l’arrêt, à cause encore d’entreprises défaillantes, explique le wali, qui rassure néanmoins quant à la relance des travaux et le remplacement de l’entreprise.

K. H.