Accueil National Sit-in des élus de l’APC d’Aït Mahmoud

Béni Douala

Sit-in des élus de l’APC d’Aït Mahmoud

80

Des élus de la commune d’Ait Mahmoud, écartés pour rappel de la gestion de l’APC après leur échec à mettre en place un exécutif qui a laissé place à un long blocage de l’APC depuis près de 17 mois, ont observé hier un sit-in devant la daïra de Béni Douala. Les protestataires ont tenu à exprimer ainsi leur désaveu à l’égard de l’administration en place qui, selon eux, «n’a pas appliqué les lois réglementaires concernant le blocage persistant au niveau de la commune».

Pour cela, les élus déchus ont, dès les premières heures de la matinée d’hier, brandi des banderoles réclamant la gestion de l’APC par les élus ou la dissolution de l’assemblée communale. Les intervenants, lors de ce sit-in, ont insisté pour affirmer que «les élus se lavent les mains de tout ce qui se passe dans notre commune», faisant allusion à «la mauvaise gestion de la commune sur tous les plans. Nous savons tous comment nos PCD sont répartis alors que même ceux de 2018 ne sont pas encore consommés.

D’autres grands problèmes existent, comme le CEM Aliche Youcef qui est depuis quatre ans à l’arrêt. Le problème d’eau au niveau de la station de Takhoukht avec un seul moteur qui pompe de l’eau pour les villages de notre localité… Donc, nous demandons à l’administration de passer aux actes. C’est aux élus de décider du sort de la commune», avait affirmé un élu intervenant sur les lieux. Les élus ont aussi mis l’accent durant ce rassemblement sur le fait que «le chef de daïra est administrateur depuis maintenant neuf mois alors que le délai réglementaire de six mois est largement dépassé. Logiquement, c’est la dissolution de l’APC».

Il faut dire que les élus sont responsables de la situation, eux qui n’ont pas su dépasser leurs différences, parfois d’humeur, et mettre en avant l’intérêt de la municipalité pour parvenir à définir une majorité qui aurait évité ce blocage. Les gens qui ont voté pour eux les accusent d’ailleurs à chaque fois de la situation chaotique qui prévaut dans la commune d’Aït Mahmoud qui connaît un grand retard en matière de développement dans tous les secteurs. Pour rappel, ce blocage de 17 mois a débuté suite à un désaccord entre élus pour l’installation de l’assemblée. à signaler, enfin, que durant cette manifestation initiée à l’appel de neuf élus sur les treize de la municipalité, le service a été assuré normalement au niveau des bureaux d’accueil de la daïra.

Lyes Mechouek