Accueil National Trois contrats résiliés

BÉJAÏA - Alimentation en gaz naturel

Trois contrats résiliés

216

Au moins trois contrats liant la société de distribution de l’électricité et du gaz de Béjaïa à des entreprises privées en charge de projets de raccordement de milliers de foyers au réseau de gaz ont été résiliés cette semaine, a indiqué le directeur local de l’énergie et des mines au micro de la Radio locale. Cette mesure a été prise par les autorités locales après que des «manquements» ont été constatés dans l’exécution des marchés, notamment le respect des délais de réalisation. Avant la résiliation de leurs contrats, les entreprises «défaillantes» avaient déjà été mises en demeure à maintes reprises par la SDE de Béjaïa et mises en garde par les autorités de wilaya. Rien que la semaine dernière, rappelons-le, le wali de Béjaïa avait, lors d’une séance de travail organisée au siège de la wilaya, averti qu’«en cas de défaillance, les sociétés responsables de retard devront en payer les frais».

Et voilà que les sanctions commencent à tomber. De pareilles mesures visent notamment à accélérer la cadence des travaux sur les chantiers de gaz aux quatre coins de la wilaya de Béjaïa. Il est à signaler que de nombreux chantiers sont à l’arrêt depuis des lustres, laissant les futurs bénéficiaires de cette énergie grelotter de froid et faisant le pied de grue pour s’approvisionner en gaz butane. De l’avis même des autorités locales, Béjaïa est la dernière wilaya en matière de pénétration en gaz naturel. Ces deux dernières années, après le dégel de tous les projets, des efforts notables ont été consentis, en portant le taux de pénétration à près de 60%. Un taux qui demeure, cependant, en deçà des attentes des populations des régions rurales, qui endurent des hivers rigoureux. Il y a un an, le wali de Béjaïa, Ahmed Maâbed, avait assuré que le taux de pénétration du gaz naturel dans la wilaya atteindrait les 60% avant fin 2019.

«D’ici quelques jours, a-t-il dit, ce seront quelque 18 000 foyers qui seront alimentés en gaz, et ce, à travers plusieurs régions rurales de la wilaya. Et, dans un futur proche, a-t-il poursuivi, 25 000 autres foyers seront également raccordés au réseau du gaz naturel».Le chef de l’exécutif de la wilaya a, toutefois, reconnu que les travaux d’amenée de cette énergie dans les régions montagneuses ont connu «des retards indéniables». Ahmed Maâbed a promis «de faire le nécessaire» pour que le taux de pénétration en gaz naturel soit plus important. Son prédécesseur, pour rappel, avait annoncé, en octobre 2017, que ce taux allait atteindre les 87% en décembre 2018 ! Un an plus tard, il ne dépasse toujours pas les 60%. A qui la faute ?
F. A. B.