Accueil National Une feuille de route pour booster la cadence

GAZ naturel - Avancement des projets dans la daïra de Chemini

Une feuille de route pour booster la cadence

52

Afin de mettre un terme au retard enregistré dans les projets d’alimentation en gaz de ville en chantier dans les municipalités d’Akfadou, Chemini, Tibane et Souk Oufella, quatre communes relevant de la daïra de Chemini, une réunion extraordinaire a été tenue, lundi dernier, au siège de l’APC de Chemini. Outre les maires, les élus et les Comités des villages concernés, le directeur de la Société de distribution de l’électricité et du gaz (SDE), les entreprises réalisatrices du projet et le chef de daïra de Chemini étaient présents.

L’objectif de cette rencontre était l’établissement d’une feuille de route pour l’achèvement du projet de raccordement au réseau du gaz de ville tant attendu par les citoyens. A noter que la séance de travail a été ouverte par le président de l’APC de Chemini, Madjid Ouddak, lequel s’est étalé sur «la situation relative aux retards et insuffisances constatés dans l’avancement des travaux ainsi que les problèmes que rencontrent les entreprises». Un long débat, caractérisé par des interventions ayant pour but de redynamiser ce projet et d’engager un suivi rigoureux, ont suivi.

De son côté, le directeur de la SDE s’est engagé à prendre en charge le payement des factures des entreprises réalisatrices, mais à condition de renforcer les chantiers en ouvriers, afin d’accélérer les travaux. Quant à l’autre couac relevé, qui a été solutionné, avait trait à l’indisponibilité des compteurs et tendeurs. Il est à signaler aussi que les essais de gaz se poursuivent et que le directeur de la SDE effectuera des visites techniques à la demande du maire de chaque commune.

Quant à la mise en service, elle se fera partiellement, jusqu’au dernier foyer de la daïra, sans la présence des officiels, a-t-on appris du communiqué sanctionnant cette rencontre. En tout cas, les différentes parties étaient unanimes à déclarer : «Le gaz naturel n’est pas un luxe mais une nécessité pour notre région montagneuse. Avec l’arrivée de l’hiver, nous sommes dans l’obligation de répondre aux besoins à nos vieux, vieilles, enfants, malades, sans oublier les familles aux faibles revenus qui ne disposent pas de moyens pour s’alimenter en gaz butane.»

Pour rappel, c’est depuis 2014 qu’une bataille est menée pour la concrétisation de ce projet par des élus, des associations et autre populations de ces localités. En outre, les habitants des zones rurales et montagneuses de la wilaya de Béjaïa réitèrent leur revendication, à savoir la mise en place d’un plan spécial de développement pour les régions rurales.

A. Hammouche