Accueil National Une session lancée aujourd’hui

START-UP - Formation des jeunes porteurs de projets

Une session lancée aujourd’hui

154

Le ministère de l’Industrie a fait état d’une session de formation et de coaching qui sera lancée, aujourd’hui, à Alger en faveur de 400 jeunes porteurs de 250 projets de start-up. La ministre de l’Industrie, Djamila Tamazirt, procédera à l’ouverture officielle de la formation, en présence de plusieurs membres du gouvernement, des PDG des groupes industriels et des banques, de directeurs généraux d’organismes et institutions publics et privés, de chefs d’entreprises, de présidents d’associations professionnelles, d’étudiants et d’autres acteurs de l’écosystème des start-up en Algérie. Il s’agit de la dernière phase du programme ELIP (entrepreneurship, leadership & innovation program) initié par l’association Réseau entrepreneurial global (REG) avec l’appui du ministère de l’Industrie.

«Cette phase, baptisée ELIP Connect Camp, s’adresse aux jeunes universitaires sélectionnés à l’issue d’un processus d’accompagnement et de mentorat au titre du programme ELIP», a indiqué un communiqué rendu public, hier, par le ministère de l’Industrie. La même source a précisé que cette initiative s’inscrit dans le cadre de la stratégie sectorielle visant à promouvoir la culture entrepreneuriale et à moderniser l’écosystème des start-up, afin qu’il puisse connaître le dynamisme espéré par les pouvoirs publics.

À retenir qu’en marge de la formation, des panels et des rencontres B to B sont programmés entre les 250 start-up et les différents acteurs de l’écosystème. Par ailleurs, le directeur central chargé de la recherche scientifique et du développement technologique au ministère, Sofiane Hicham Salaouatchi, avait fait savoir dans une déclaration à l’APS que 7 arrêtés ministériels pour la création de 7 incubateurs ont été émis récemment pour aider les jeunes universitaires porteurs d’idées innovantes à développer leurs solutions sans se soucier du financement, du bail de location ou des équipements. Selon lui, ces 7 incubateurs seront répartis dans 7 universités et écoles au niveau national, à l’instar des Universités de Blida1, de M’Sila, de Ouargla et de l’École polytechnique de Constantine.

Samira Saïdj