Accueil Sport Que de retards au chantier du nouveau stade de Tizi-Ouzou

Les entreprises chargées de sa réalisation, FCC Construction (Espagne) et le Groupe ETRHB HADDAD viennent de recevoir une mise en demeure de la DJS de Tizi-Ouzou

Que de retards au chantier du nouveau stade de Tizi-Ouzou

10011

Prévue initialement pour novembre 2012, la réception du stade OMS de 50 000 places couvertes, situé à Boukhalfa, risque d’être retardée.

En effet, la direction de la jeunesse et maître de l’ouvrage du projet, vient d’adresser une première mise en demeure au chef de file du groupement FCC Construction – Groupe ETRHB Haddad, titulaire du marché de réalisation de cette infrastructure de grande envergure. Une mise en demeure où il est fait état de plusieurs carences quant à l’avancement des travaux. Des insuffisances nombreuses auxquelles l’entreprise réalisatrice est sommée de remédier dans une dizaine de jours, sous peine de se voir appliquées les mesures coercitives prévues par la réglementation. Pour rappel, les travaux avaient été lancés le 14 mai 2010 où le premier coup de “bull” avait été donné soit deux jours après la remise de l’ODS de la part du ministre de la Jeunesse et des Sports, Hachemi Djiar, lors d’une cérémonie au stade Oukil-Ramdane. Une entame suivie d’un coup d’arrêt avant que les travaux ne reprennent bien plus tard. Une reprise qui s’est faite sous les chapeaux de roue avec les travaux de terrassement qui ont été au bout de quelques mois seulement, entièrement achevés, en dépit du retard causé par les intempéries ayant sévi à Tizi-ouzou. Un état d’avancement que le maître de l’ouvrage avait salué lors du premier trimestre 2011, rassurant par la même occasion les fans du club le plus titré du pays que le stade sera livré dans les délais prévus. Un satisfecit qui n’a pas duré longtemps, puisque quelques mois seulement après avoir fait les éloges du groupement chargé de la réalisation du projet, la DJS vient de dresser un tableau noir sur l’état des lieux. L’Insuffisance dans la qualités des travaux, manque d’organisation et mauvaise planification des opérations de bétonnage, insuffisance d’effectif et le manque en personnel qualifié pour l’encadrement du chantier. La non installation de la 2e centrale à béton, l’absence répétée de l’encadrement du personnel clé la non exécution des recommandations et remarques du maître de l’ouvrage, le non achèvement de l’installation du chantier conformément au cahier de charge sont les autres carences, relevées par la DJS. Une situation des plus alarmantes au vu des nombreux griefs relevés par le maître de l’ouvrage et mentionnés dans la mise en demeure adressée, récemment au groupement FCC construction (Espagne)–ETRHB Haddad. Cela dit, les chances de voir la réception de ce projet se faire dans les temps impartis sont nulles. Au vu de l’état des lieux, la fin des travaux au mois novembre prochain, comme prévu, tiendrait du miracle. La livraison de cette infrastructure qui comprend un stade OMS de 50 000 places couvertes, un terrain de réplique en gazon naturel, un stade d’Athlétisme 6 500 places, parkings et aménagements extérieurs, VRD, n’est pas pour demain. Sans exagérer et de l’avis de nombreux observateurs, le nouveau stade de Tizi-Ouzou que toute la Kabylie attend depuis des années, ne sera opérationnel que dans deux ans voire plus. Pour rappel, la réalisation de ce joyau coûtera la bagatelle de 32,4 milliards de dinars.

S.Klari