Accueil Sport Grave crise financière à l’Olympique d’Akbou

Grave crise financière à l’Olympique d’Akbou

2015

Décidément, l’Olympique d’Akbou n’est pas à bout de ses souffrances. Ce club qui, au début de la saison écoulée, était vu par les observateurs de la scène footballistique comme un candidat potentiel à l’accession et un adversaire farouche pour bien des clubs de la Régionale 1, se voit cette saison se battre tant bien que mal pour assurer le minimum, à savoir le maintien.Tout a commencé au début de la saison quand les responsables de ce club se retrouvent sans aucun financement et sans stade. “On a l’impression qu’on cherche à démanteler ce club”, disait alors un fan de l’OA. Le club joue depuis, toutes ses rencontres “à l’extérieur” en l’absence de son public. Rappelons qu’à l’époque, le président de l’OA, M. Abdelkader Bouchrit, a menacé de démissionner de son poste à cause de ces entraves et des pressions extérieures qu’auraient exercé d’anciens dirigeants du club. Les promesses des autorités à venir en aide au club demeurent jusqu’à ce jour sans lendemain. Ceci n’a toutefois pas brisé totalement l’élan des coéquipiers de Zidouh qui se sont battus pour se maintenir au milieu du classement du championnat.Néanmoins, la crise financière met les Tigres de la Soummam au bord de l’abîme. Les responsables de l’OA lancent encore une fois un SOS, à défaut d’une aide urgente, le club risque de déclarer forfait lors du match contre Tamanrasset. Une demande d’audience au P/APC d’Akbou a été formulée par les responsables de l’OA. “Nous espérons que le premier magistrat de notre commune réagira positivement pour mettre fin à cette situation qui risque de compromettre l’avenir de ce club”, déclarent les responsables de l’OA. Au regard de l’avancée des travaux à l’OPOW situé à Guendouza, il est clair que l’OA ne disputera aucun match chez elle cette année. Quant au stade des Martyrs…Concernant le sponsoring, il est bien malheureux qu’un club de football d’une ville qui dispose d’une zone industrielle connue à l’échelle de toute la région souffre du problème de financement. En outre, l’ORBA, n’est pas n’importe qui, c’est la troisième équipe au niveau wilayal après la JSMB et le MOB. L’appel en direction de ces investisseurs est réitéré par les responsables. Espérons que cette fois-ci, l’OA aurait de l’argent, pas… des promesses !

K. Kherbouche