Accueil Sport La prime scolaire non versée

La prime scolaire non versée

1953

Effectivement, la fin du premier trimestre sera bouclée dans quelques jours, ces fonctionnaires attendent toujours cette modique somme de 800 dinars destinée à «couvrir» les frais de la scolarité par enfant. «Avant la centralisation de la paie, nous recevions cette prime au début du mois d’octobre. Depuis près de deux ans, elle ne nous est versée qu’au mois d’avril», nous annonce, d’emblée, un enseignant qui pense que le syndicat n’a soufflé aucun mot à ce sujet. D’ailleurs, devant tant de blocages concernant la situation financière des travailleurs, des voix s’élèvent ici et là pour passer à l’action. Ainsi, le début du deuxième trimestre ne s’annonce pas sous de bons auspices. «L’an dernier, nous avons initié une grève illimitée. Nous l’avons gelée car nous avons cru aux promesses des responsables. Depuis, la situation n’est pas assainie. Il y a toujours des oublis. Les arrièrés ne nous sont pas versés», peste un syndicaliste. «A chaque fois, on nous dit de remplir des fiches, mais rien n’est encore fait. J’ai deux échelons l’un depuis 2000 et l’autre depuis 2003. Ils ne sont même pas versés dans mon salaire. Et je viens d’apprendre qu’il n’y aura aucun changement pour ce mois de décembre, c’est-à-dire, l’application des versements en fera qu’au mois de juin», telle est la situation évoquée par un PEF de Draâ El Mizan. D’ailleurs, des centaines d’autres sont dans la même situation que cet interlocuteur. Il y a lieu de rappeler qu’après un mois de grève durant le premier trimestre de l’année en cours, le secteur de l’éducation a été paralysé pendant tout un mois et, suite à ce débrayage, une commission interministérielle (Education, Finances) s’était déplacée à Tizi Ouzou où des décisions avaient été prises, telles la régularisation financière des situations en suspens, le règlement des problèmes des vacataires…Ainsi, eu égard à ces situations non réglées, des enseignants se préparent à entamer des actions hors syndicat jusqu’à l’annulation de la centralisation de la paie qui, estiment-ils n’a fait qu’empirer.

H. N.