Accueil Sport Les Canaris dos au mur

Les Canaris dos au mur

2503

La JS Kabylie qui reste sur une défaite concédée à El Harrach accueille cet après-midi à partir de 14h30 au stade du 1er novembre de Tizi-Ouzou, le CR Belouizdad, pour le compte de la mise à jour du calendrier du championnat de Ligue 1.

Une rencontre que les hommes du technicien suisse Alain Geiger devront impérativement remporter et ce afin de se réconcilier avec leurs supporters, très furieux de leur mauvaises prestations et surtout se rapprocher un peu plus du haut du tableau, où le leader sétifien les dépasse jusque-là de sept longueurs d’avance. Un retard que les Canaris peuvent aisément surmonter, à condition de ne plus laisser filer des points, surtout à domicile à commencer par le rendez-vous d’aujourd’hui, face au CRB et celui de samedi prochain, contre le WAT. C’est dire que la mission des Canaris, comme l’avait souligné le président Hannachi, lors de sa dernière rencontre avec les joueurs est claire : s’offrir les trois points de la victoire, car un autre éventuel faux pas, après le nul concédée aux chélifiens at home et les deux défaites subies à Béjaïa et El Harrach, aura des répercussions négatives sur l’équipe kabyle. En face, le CR Belouizdad, qui semble réussir un début de saison époustouflant, veut confirmer son ascension en se présentant cet après-midi avec un effectif au grand complet, puisque le coach du CRB Gamondi a récupéré l’ensemble des joueurs blessés, à l’image du capitaine Mammeri et de l’avant centre Saibi, alors que la JSK se présentera amoindrie par les services de son milieu de terrain Tedjar, suspendu. Une absence qui devra profiter au jeune Yalaoui, peu utilisé en championnat, après avoir pourtant montré un visage séduisant en Ligue des champions. Un visage que les supporters veulent redécouvrir à nouveau au sein de toute l’équipe kabyle, quelque peu apathique, il faut le reconnaître, depuis son élimination en demi-finale de cette prestigieuse compétition. La balle est désormais dans les pieds des joueurs qui n’ont plus le droit à l’erreur, s’ils veulent reconquérir à nouveau le cœur de leurs supporters, qui restent jusque-là sur leur faim, après sept matchs joués en championnat.

A. C.