Accueil Sport «C’était une saison d’apprentissage»

PRÉ-HONNEUR TIZI-OUZOU - Bouzid Atik, entraîneur du CS Ihesnawen

«C’était une saison d’apprentissage»

57

Le jeune entraîneur du CS Ihesnawen, Bouzid Atik, estime dans cet entretien que son équipe a eu une belle expérience cette saison en se frottant aux équipes de la division Pré-honneur, sachant que la majorité des joueurs n’ont pas suivi une formation dans les petites catégories.

La Dépêche de Kabylie : Pour sa première expérience en championnat de wilaya, que pensez-vous du parcours du
CS Ihesnawen ?
Bouzid Atik :
On a fait de notre mieux pour réaliser les meilleurs résultats possibles. Les jeunes, dans leur majorité, qui ont connu pour la première fois la compétition officielle, ont tout donné pour honorer les couleurs du CS Ihesnawen. C’est une belle expérience pour nous.

Qu’est-ce qui a manqué à l’équipe pour jouer les premiers rôles ?
Les jeunes manquent d’expérience et n’ont pas suivi une formation dans les jeunes catégories. La plupart sont du village et l’objectif de la direction c’est de canaliser cette jeunesse et de lui éviter les fléaux sociaux. C’est l’objectif suprême de la direction du club. Ils manquent d’expérience pour pouvoir viser de jouer les premiers rôles. Peut-être à l’avenir, notre parcours sera meilleur.

Donc vous viserez les premiers rôles la saison prochaine ?
Cette question il faut la poser aux dirigeants s’ils envisagent de jouer l’accession la saison prochaine. Pour réaliser un tel objectif, il faut réunir beaucoup de choses et de facteurs. Il faut du renfort dans les trois compartiments tout en gardant l’ossature de l’équipe. Il faut des moyens financiers pour motiver les joueurs. C’est un tout et les dirigeants, à leur tête le président du CSA, font de leur mieux pour que le CS Ihesnawen aille de l’avant et passe à une autre étape dans les années à venir.
Serez-vous à la tête de la barre technique la saison prochaine ?
Que voulez-vous que je vous dise, je me sens chez moi à Ihesnawen et rien ne me manque. Le CS Ihesnawen c’est ma deuxième famille. Maintenant, si les dirigeants décident de me garder, je ne dirai pas non. Tout est une question de destin et on verra dans les prochaines semaines. Mais pour ne rien vous cacher, je veux bien finir le travail que j’ai entamé et je veux connaître d’autres sensations en tant qu’entraîneur du CS Ihesnawen en jouant l’accession la saison prochaine. C’est mon souhait le plus cher, car ce club a été créé pour grandir et gravir les échelons et les paliers.

Entretien réalisé par Massi Boufatis