Accueil Sport «Il y a un engouement particulier pour cet art martial»

HOCINE SABRI, responsable technique de van lang vo dao de Tadmaït

«Il y a un engouement particulier pour cet art martial»

109

Le responsable technique de van lang vo dao de Tadmaït, Hocine Sabri,
estime qu’il y a un engouement particulier des jeunes pour cet art martial et revient sur la participation du club au tournoi national qui a eu lieu le mois dernier à Blida, avec une place de dauphin au final.

La Dépêche de Kabylie: La discipline du van lang vo dao est nouvelle dans la ville de Tadmaït. Un commentaire ?
Hocine Sabri:
C’est vrai, c’est une nouvelle discipline des arts martiaux qui foule le sol de la ville de Tadmaït. C’est moi en personne qui ai lancé cette discipline dans cette région. On a créé le club Van lang vo dao et il y a un engouement particulier de la classe juvénile et même des enfants et des plus âgés. Le club accueille près de 200 athlètes, toutes catégories confondues, pour vous illustrer l’intérêt que portent les jeunes de la région pour cette discipline.

Vous avez pris part au tournoi national qui a eu lieu en janvier dernier dans la wilaya de Blida. Qu’en est-il du résultat réalisé
par le club ?

On a terminé à la deuxième place derrière la wilaya d’Alger. Nos athlètes se sont distingués en récoltant 27 médailles. Un résultat positif pour nos athlètes qui sont promis à un radieux avenir. On est contents de ces résultats réalisés par nos athlètes et on reste persuadés que l’avenir leur appartient, à condition qu’ils persévèrent dans le travail et fournissent plus d’efforts.

Parlez-nous de vos objectifs ?
On veut voir nos athlètes aller de l’avant et gagner des titres sur les plans national, régional, continental et international. On croit en les capacités de nos jeunes de faire sensation dans cette discipline dans les années à venir. On a aussi d’autres objectifs, c’est de propager cet art martial à travers le territoire de la wilaya de Tizi-Ouzou et à l’échelle nationale, car on veut créer la ligue de van lang vo dao à Tizi-Ouzou et la fédération nationale de cette discipline.

On vous laisse le soin de conclure…
Je profite de l’occasion pour lancer un appel en direction des responsables locaux afin de soutenir ces athlètes qui honorent la ville des 1 000 martyrs et qui sont sa fierté. Je demande aussi aux entrepreneurs de la région de venir en aide à ces jeunes qui sont leurs enfants. Avec plus de moyens financiers, nos athlètes sauront comment réaliser d’autres bons résultats à l’avenir.

Entretien réalisé par Massi Boufatis