Accueil A la une La destitution de Mellal au menu

JS KABYLIE - Une AG est programmée pour le 8 février

La destitution de Mellal au menu

6756

L’actuel président de la JSK, Cherif Mellal, pourrait connaître le même sort que son prédécesseur Mohand Cherif Hannachi, et ce dès le 8 février prochain.

Autrement dit, les jours de Mellal à la tête de la SSPA/JSK sont comptés et son sort sera scellé d’ici quelques jours. Au moment où les supporters ont réclamé son départ, lors du sit-in observé, avant-hier, devant le stade du 1er Novembre, les membres du CSA sont déterminés à organiser une Assemblée générale, le 8 février prochain à 14h00, en leur siège.

Selon l’un d’eux, les membres influents et les actionnaires procéderont à la destitution de Cherif Mellal : «La réunion d’urgence du 8 février est maintenue et elle aura lieu au siège du CSA à partir du 14h00. A l’ordre du jour, la destitution de Mellal pour sa mauvaise gestion. Il devait au moins éviter de parler, lui qui a géré le club d’une manière catastrophique. Une fois sa destitution faite, on veillera au bon fonctionnement de la JSK jusqu’à la fin de la saison, avant la venue d’un autre président.»

D’ailleurs, l’actionnaire influent Malik Azlef a confirmé le fait qu’ils soient déterminés à destituer Mellal lequel, selon lui, mène le club vers la dérive. «Mellal n’a ni les moyens financiers ni les capacités pour gérer la JSK. J’ai toujours dit que si je constate que la JSK est en danger, j’interviendrai afin de prendre les mesures qui s’imposent.

Aujourd’hui, la JSK n’est pas entre de bonnes mains et il faut qu’on réagisse. On a laissé Mellal travailler pendant 2 ans, mais on ne peut pas rester indifférents, une fois qu’on a constaté qu’il menait le club à la dérive. Certes, le parcours de l’équipe, la saison dernière, était bon. Mais cette saison, c’est une catastrophe», a déclaré Azlef. Et de poursuivre : «On ne gère pas la JSK avec les menaces et les intimidations. La JSK est un club mythique et le symbole de toute une région et pour la gérer, il faut avoir une certaine sagesse. Personnellement, je ne peux pas cautionner cette descente aux enfers. C’est pour cela qu’on a décidé de tenir une Assemblée extraordinaire, afin de lui retirer notre confiance.»

Pour rappel, Azlef a joué un grand rôle dans l’installation de Mellal à la tête de la SSPA/JSK. En tout cas, même si les membres du CSA et les actionnaires veulent le destituer, Cherif Mellal s’accroche à son poste. Ainsi, d’après ses dires, personne ne peut le destituer de son poste : «Je suis venu avec un projet et celui qui veut me destituer n’a qu’à venir me le dire en face. Je ne bougerai pas.

Personne ne peux m’enlever.» Bien qu’il s’accroche vaille que vaille à son siège de président, tout porte à croire qu’il en sera éjecté, car c’est le CSA qui détient le pouvoir ainsi que la majorité des actions de la SSPA/JSK. Côté technique, les joueurs kabyles ont repris l’entrainement dimanche en vu du match de samedi contre l’ES Tunis au stade du 1er novembre de Tizi Ouzou pour le compte de la sixième et dernière journée de la phase de poules de la Ligue des champions d’Afrique.

Une rencontre sans enjeu pour les deux formations puisque les Tunisiens leaders du groupe D sont déjà qualifiés en quarts de finale en compagnie des Marocains du Raja Casablanca alors que les kabyles sont éliminés avec les Congolais de l’AS Vita Club. Toutefois, le match de samedi constitue une occasion pour le nouveau coach de la JSK, le Tunisien Yamen Zelfani, attendu demain à Tizi Ouzou, de voir à l’œuvre sa nouvelle équipe, avant de se mettre au travail pour préparer le prochain match du championnat prévu le 5 février contre le NAHD pour le compte de la 16e journée de la Ligue 1.
M. L.