Accueil Sport La JS Akbou dans le doute

Régionale 1

La JS Akbou dans le doute

72

La Régionale 1 a bouclé sa 27e journée avec comme leader la JS Boumerdès qui a conforté sa position en gardant son écart de six points sur son poursuivant immédiat, le nouveau promu, la JS Bordj Ménaïel. La JS Akbou est actuellement à la 13e place avec 29 points, à sept points du dernier (OC Beaulieu) et six de l’avant-dernier (IR Birmandreis).

La dernière défaite enregistrée par les camarades de Walid Fezzoua face à l’EC Oued Smar chez ce dernier sur le score étriqué d’un but à zéro (1- 0) complique la mission des Akbouciens dans ce palier. D’autant plus qu’il reste au moins 15 points en jeu et par delà tout, cette équipe de la JSA n’a pas encore assuré son maintien.

Explications : Les modalités d’accession et de rétrogradation de la Régionale 1 changent selon le nombre de clubs qui rétrograderont du palier Inter-régions (Centre-Est et Centre-Ouest). À cet effet, si la JSM Chéraga qui évolue dans le groupe Centre-Ouest de l’Inter-régions est actuellement 15e avec 13 points et à 10 points d’avance sur l’USB Tissemssilt (3 points), et ce à cinq journées de la fin du championnat, soit 15 points en jeu, l’US Oued Amizour (Groupe Centre-Est) rétrogradera en Régionale 1.

Dans ce cas de figure, les clubs classés 15e, 16e et 17e de la division Régionale 1 rétrogradent en division Régionale 2. À cet effet, la JS Akbou qui se retrouve actuellement à 5 points d’avance du 3e potentiel relégable, le Widad de Rouiba (24 points), aura besoin d’au minimum 7 points pour assurer son maintien en Régionale 1. Dans le cas contraire, les Akbouciens pourraient compliquer leur existence, si jamais les résultats ne suivront pas.

La JS Akbou devra éviter coûte que coûte la descente en Régionale 2 au risque de retrouver l’autre club voisin de l’O Akbou qui est bien parti pour accéder en Régionale 2, d’où ce club qui caracole en tête du classement du palier Honneur de Béjaïa (58 points), avec 17 points d’avance sur le 2e, le Gouraya de Béjaïa (38 pts).

Rahib M.