Accueil Sport «Le potentiel existe mais pas les moyens»

Hacène Messaoudi, président du CSA DRB Kadiria

«Le potentiel existe mais pas les moyens»

129

Le président du CSA DRB Kadiria, Hacène Messaoudi, évoque dans cet entretien la situation de son club et les perspectives d’avenir.

La Dépêche de Kabylie : Le DRBK termine chaque saison dans le peloton de tête sans pour autant décrocher l’accession. Comment expliquez-vous cela ?
Messaoudi Hacène : On a du potentiel. On effectue un très bon travail de base et on fait en sorte de réunir tous les ingrédients pour que les entraîneurs, les athlètes, toutes catégories confondues, exercent dans de bonnes conditions. Malheureusement, les moyens nous font défaut. Nous avons hérité d’une situation catastrophique, de dettes qui ont étouffé le club et qu’on paie à ce jour. D’ailleurs, plusieurs fournisseurs ont bloqué le compte du club pour récupéré leur dû.

Comment réaliser une accession dans pareille situation et avec le peu d’argent dont bénéficie le club dans le cadre de la subvention de l’APC de Kadiria et du fonds de wilaya. On paie d’abord les débiteurs et le reste est reparti sur l’acquisition du matériel et des équipements pour les athlètes de différentes catégories et disciplines. En plus du football, nous avons aussi le handball, le yussei kan budo et la pétanque. On aurait bien aimé lancer d’autres disciplines, notamment le sport féminin, en impliquant une athlète pour le développement du sport féminin à Kadiria.

C’est quoi la solution à votre avis ?
Le DRBK a son nom et sa réputation qu’il doit défendre. Il est temps qu’il songe à l’accession et que les pouvoirs publics ainsi que les autorités locales le boostent pour accéder en Régionale 2. Avec le potentiel existant, on peut le faire. Mais il faut que les moyens suivent. Je vous rappelle que depuis mon arrivé à la tête du club, on termine parmi le peloton en tête. Nous avons chaque saison une ou deux des jeunes catégories qui remporte le titre de champion de wilaya. Donc, je présume qu’on fait notre travail convenablement. Aux autres de faire le leur.

Qu’en est-il de votre avenir à la tête du club ?
Ce sera ma dernière saison à la tête du DRB Kadiria. Peut-être qu’il y aura quelqu’un d’autre qui viendra et sera porteur d’un projet plus ambitieux et doté de moyens. Me concernant, l’essentiel est que le club soit entre de bonnes mains et non entre celles de bricoleurs.

La LWFB est toujours sans bureau et c’est le directoire qui va gérer le championnat pour la deuxième saison de suite. Un commentaire ?
C’est dommage ! Ce que vit le sport roi dans la wilaya de Bouira est regrettable. Les tiraillements entre les différents acteurs n’honorent en rien le football local. Il y a beaucoup de choses à dire sur le sujet, mais je laisserai cela au moment opportun. J’aurais seulement souhaité que des responsables de CSA soient impliqués dans la composante du directoire pour cette deuxième saison afin de travailler de concert, bien connaître et comprendre le travail et les rouages de la Ligue. Ils serviront aussi de lien et de contact entre la Ligue et les clubs, en l’absence des membres du directoire. Ceci dit, c’est la fin du cycle olympique. Il faut revoir certaines choses, tirer des enseignements des problèmes vécus pour avancer et faire avancer le football dans la wilaya de Bouira. Il est impératif de repartir avec une équipe compétente et surtout dynamique et motivée pour faire changer les choses.

Serez-vous candidat ?
Pour le moment, je n’en sais rien. Ce qui m’intéresse aujourd’hui c’est que les gens doivent changer de comportement et penser plus au développement du sport roi dans la wilaya qu’à leurs intérêts personnels. Il faut aujourd’hui dépasser les conflits et rivalités, regarder dans la même direction et dans l’intérêt du football mais aussi comment proposer des solutions aux multiples problèmes dans lesquels pataugent les clubs et comment trouver les ressources, améliorer les infrastructures sportives et aller de l’avant. Que je sois président de la LWFB ou pas, l’essentiel c’est qu’il y ait un bon groupe fait de compétences pour hisser le niveau du sport roi dans la wilaya de Bouira et surtout redorer le blason de la Ligue.

Entretien réalisé par M’hena A.